31 mars 2011

[Chronique] Delirium - Lauren Oliver





 
Lecture VO
Parution VF: Le 2 février 2011
Lecteur: Jeunesse
Nombre de pages: 456
Éditeur: Black Moon









Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme le plus grand des maux. Un monde où tous les adultes de 18 ans subissent une opération du cerveau pour en être guéris. A quelques mois de subir à son tour « la Procédure », Lena fait une rencontre inattendue… Peu à peu elle découvre l’amour et comprend, comme sa mère avant elle, qu’il n’y a pas de plus grande liberté que laisser parler ses sentiments. Même si cela implique de quitter ses certitudes…
« Ils prétendent qu’en guérissant de l’amour nous serons heureux et à l’abri du danger éternellement. Je les ai toujours crus. Jusqu’à maintenant. Maintenant, tout a changé. Maintenant, je préférerais être contaminée par l’amour ne serait-ce qu’une seconde plutôt que vivre un siècle étouffée par ce mensonge. »

Chronique:

C’est le livre coup de cœur du moment ! J’ai lu beaucoup de chroniques positives à propos de ce livre. J’avais donc très hâte de le lire. En plus, l’auteur a fait une tournée en France, ce qui pour une auteure américaine est vraiment rare. Si d’habitude ils font une halte à Paris ou je ne sais quelle autre ville française, Lauren aura fait des visites dans le sud et dans le nord, y compris la capital. Ce qui me donnait une excuse de plus pour acheter Delirium (en anglais s’il vous plaît !) ! Lauren est souriante, amicale, parle bien le français et écrit de super histoires. Elle est très à l’écoute de ses fans et est super gentille.

Well, well, well… que dire de ce livre ? J’ai beaucoup aimé. J’adore le concept, j’aime ces personnages hauts en couleurs et je suis tellement accro que j’ai hâte d’en savoir plus sur ce qui s’est passé avant et surtout ce qui va se passer après ! Parce que la fin est un cliffhanger de malade et que vous n’aurez qu’une envie : accélérer le temps pour lire le deuxième tome. Vous pouvez aussi harceler l’auteur pour vous donner des indices… Bref, dans tous les cas, courrez chez votre libraire ou participez à mon concours héhéhé.

Lena est sur le point d’avoir sa « Procédure » mais tout ne se passe pas comme prévu. Elle fait la rencontre d’un garçon et tout son monde va changer. Tout ce dont elle croyait, tout ce qu’on lui avait appris depuis toute petite va se révéler faux. De découvertes en découvertes, elle va devenir quelqu’un d’autre. Elle est prête à tout pour se sauver…

L'histoire est vraiment complexe, ça se voit que l'auteur a fait des recherches. On s'y croirait vraiment aussi. Je me suis véritablement retrouvée plongée dans ce livre, ça faisait un moment que je n'avais pas ressenti ça. Vous savez quand vous lisez un bouquin, que vous appréciez l'histoire parce qu'elle est originale, mais qu'une fois que vous l'avez fini vous passez carrément à autre chose? Et bien là ce n'était pas le cas, ce livre me hante encore une semaine après l'avoir terminé! J'avais l'impression d'être aux côtés de Lena, de ressentir ce qu'elle ressentait, de découvrir toute cette injustice, cet amour, cette peur....

Il y a des scènes drôles, descriptives, romantiques, d’actions, des secrets révélés, des conflits familiaux… L’auteur traite vraiment tous les thèmes.

J’ai trouvé celui de l’amitié très bien exploité : Lena et Hana sont des amies et ça se voit ! Elles traversent de moments difficiles mais sont toujours les meilleures amies du monde et se font confiance. J’aime, j’aime, j’aime. Hana est pétillante et son rôle est très important, elle soutient Lena, le personnage principal. Je crois que c’est un des personnages que j’ai le plus apprécié. Avec Alex ils vont former un formidable trio.

Ce qui m’amène au thème de l’amour, LE sujet du livre ! J’aime d’un bout à l’autre ce livre malgré quelques petits passages descriptifs barbants. L’évolution de Lena est incroyable. Même si depuis le début elle se doutait de l’efficacité de la procédure et remettait tout en question, elle avait confiance en ce système. Elle va vite comprendre que tout cela n’est que mensonges. J’ai beaucoup apprécié le rapprochement amour-maladie et quand Lena ressent les symptômes décrits dans les livres. Elle m’a bien fait rire à s’inquiéter d’avoir attrapé la maladie. A part ça, la relation entre elle et Alex est vraiment extra, je fonds… Oubliez les "Roméo, oh Roméo"! Vous n'aurez qu'une chose à la bouche: "Alex, oh Alex"! Ce mec est génial, je m’enfuirai bien avec lui !

Venons-en à la famille. Une famille qui a un passé lourd, mais avec qui j’ai bien rigolé durant ma lecture. Elle m’a aussi plongée dans une rage folle. Lisez le livre et vous saurez pourquoi, je ne veux rien dévoiler. Gracie, la petite cousine, est vraiment adorable avec son silence et ses petites attentions. Et, le meilleur pour la fin, la mère de Lena. Personnage dont on sait peu de choses mais qui intrigue le lecteur. On veut en savoir plus. Bon ok, on en apprend plus à la fin…

Ah mais quelle fin, c’est comme poignarder le lecteur en plein cœur ! C’est nous laisser errer comme des zombies jusqu’à ce que le deuxième tome soit sorti ! Viiite la suiiiiiite !


Citée sur le blog de l'auteur
Citée dans un article reprenant ma rencontre sur Deliriously Falling

In My Mailbox (5)


 
Voici mon cinquième In My Mailbox! J'en ferai un tous les mois étant donné que je n'ai pas beaucoup de nouveaux livres.

IMM est un meme créé par The Story Siren parti d'une idée de Pop Culture Junkie
L'idée est de rassembler chaque semaine les livres achetés ou empruntés etc., aussi bien que de montrer des goodies. C'est toujours sympa entre bloggers de savoir ce que les autres lisent ou ont comme livres!

Et tout le monde peut y participer!

______________________________________


Achetés:

The Book Depository
Delirium de Lauren Oliver
Afterlife de Claudia Gray

Magasin
Sundays at Tiffany's de James Patterson
The Book of Tomorrow de Cecelia Ahern
L'éveil, Pouvoirs Obscurs 2 de Kelley Armstrong

Pour une review:

Predators of Darkness: Aftermath de Leonard, D Hilley II

Goodies:

Marque-page The Book Depository
Marque-page Evernight
Marque-page signé par Lauren Oliver
Marque-page fantaisie violet
Premiers chapitres de Numéro 4



Et vous, qu'avez-vous eu?

20 mars 2011

[Chronique] Pretties - Scott Westerfeld

 




 
Lecture VF
Date de parution: Le 11 janvier 2007
Lecteur: Jeunesse
Nombre de pages: 385
Éditeur: Pocket Jeunesse








Spoiler tome précédent: Tally est enfin devenue une sublime Pretty. Elle a de grands yeux pailletés, un visage et un corps parfaits ; tout le monde l'apprécie, et son petit copain est craquant. Ses rêves les plus fous sont devenus réalités. Mais au cœur de cette vie de fête, de luxe high-tech et de liberté, perce un sentiment de malaise : quelque chose ne va pas, quelque chose d'important. Un jour, Tally reçoit un message, écrit de sa propre main lorsqu'elle était Ugly... A mesure qu'elle le lit, les souvenirs reviennent : sous la beauté parfaite et le bonheur absolu des Pretties se cache une effroyable vérité. Désormais pour Tally un choix cruel s'impose: oublier à tout prix cette vérité ou fuir la cité pour sauver sa peau.

Chronique:

Pretties est le deuxième tome de la saga Uglies, écrite par Scott Westerfeld. J’avais adoré le premier tome, mais alors celui-ci est encore meilleur ! Je ne suis pas déçue, j’attends même la suite avec impatience, plus qu’à la fin de ma lecture d’Uglies. Scott Westerfeld est vraiment bon ! Si sa saga Midnighters est vraiment géniale, la saga Uglies est doublement géniale. L’auteur fait vraiment partie de mes auteurs préférés. Chacun de ses livres est un régal. Cette review risque d’avoir des spoilers, il est impossible d’en faire une sans en parler. 

L’action se déroule dans la ville la plus grande partie du temps, jusqu’à l’incroyable évasion vers la Nouvelle-Fumée. Bien sûr, tout ne se déroule jamais comme prévu et Tally doit faire face à certaines situations et tombe même dans des endroits dont elle ne soupçonnait même pas l’existence. 

Ce livre est vraiment drôle, plein d’action. L’histoire reprend peu de temps après le retour de Tally en ville. On voit ce qu’est sa vie avec les Pretties et sa prise de conscience progressive que quelque chose ne va pas. Grâce au charmant Zane, elle va réussir à se souvenir de ce qui lui était arrivé, des Fumants… et de David. La belle échappée commence. Des scènes drôles, chargées d’émotions, plein les pages.

J’adore le monde futuriste qu’a crée Scott. Encore une fois, la narratrice Tally, nous explique pourquoi son monde en est arrivé là (nous, les Rouillés, avons dépassé les bornes avec le pétrole, nos technologies, la déforestation…). Et dire que les magazines qui pullulent de nos jours sont rares dans le monde de Tally ! Certains points sont tellement vrais, ils nous font vraiment réfléchir sur notre présent, nos actes. 

Il serait bon être Pretties parce qu’on serait beau, on aurait plus de problèmes de peau, on ne tomberait plus malade, on serait guéri en un rien de temps si on se fracturait une partie du corps, on aurait une chambre qui nous donnerait tout ce qu’on veut grâce à notre bague d’interface… Mais d’un autre côté, vivre comme les Pretties serait dangereux: il n’y a aucune liberté, seul un petit groupe contrôle la population, tout le monde est manipulé, et on aurait rien dans le crâne et passerait notre temps à faire la fête.  

Parlons amours. Oh David ! Je m’excuse de te faire des infidélités mais que veux-tu, Zane est tellement incroyable ! Ok, il est beau, mais il n’y a pas que ça ! Sérieusement, dans le premier tome, j’adorais David, il était un ange avec Tally, je les aimais tous les deux, ils étaient mignons ensembles. Mais à la lecture de ce tome, je suis plus Team Zane ! Comment l’expliquer, raaah c’est trop dur. Lisez le livre.

Ok, ok, M. Westerfeld, je m’incline devant vous. Vous êtes un maître dans l’art de mettre plein de rebondissements juste à la fin. Et quelle fin ! Il me faut le troisième tome tout de suite ! Découvertes, action, retrouvailles, promesses, amours, amitiés, trahisons, déception, haine… il y a vraiment de tous les ingrédients dans ce livre. 

Je vous laisse, pour finir, un passage du livre que j’ai drôlement apprécié (tout le livre est bourré de répliques du genre). 

(p.273)

Dieu, avait-il dit. L'ancien mot par lequel les Rouillés désignaient leurs superhéros invisibles dans le ciel.

15 mars 2011

Interview avec Lauren Oliver



A l'occasion de sa séance dédicace à Lyon le 12 mars dernier, Lauren Oliver a accepté de répondre à quelques questions! Voici mon interview. 

[Ingrid reads.] D’où vous est venue cette idée de maladie ?

[De ce que je me souviens, n’ayant pas eu tout de suite l’idée d’enregistrer l’interview] 
[Lauren Oliver] Ah oui. Je me suis inspirée de la réalité. A l’époque il y avait cette panique avec la « swan flu » (Ir : la grippe A) et tout le monde voulait se protéger de ce virus. Et j’ai trouvé ça incroyable, tout ce monde qui devenait fou. 
Non, attendez, je courrais et cette idée m’est venue, avec ce virus et ce que certains pensent de l’amour – qui nous empêche d’accomplir certains actes - je suis vite rentré chez moi pour écrire et voilà, j’avais déjà un chapitre (Ir : ou peut-être trois, ma mémoire me joue des tours). En fait, il y a un auteur que j’aime beaucoup, c’est mon préféré : Gabriel García Márquez. Il utilise beaucoup les thèmes de la mort et de l’amour. En fait, ça correspond bien aux deux livres que j’ai écris (rires). Le dernier jour de ma vie, c’est une fille qui est morte. Dans Delirium, l’amour est une maladie et est au centre de l’histoire.

[Ir] Combien de temps avez-vous mis pour écrire ce premier tome ?

[LO] Pour tous mes romans ça prend à peu près 8 mois pour faire « a draft » (Ir : une ébauche), à peu près quatre mois pour faire les révisions, alors un an.

[Ir] J’ai remarqué que dans votre livre, à chaque début de chapitre, vous écrivez des passages du Book of Shhh (Le Livre des Trois S en français), pensez-vous écrire un « companion book » (un livre annexe à la saga si vous voulez)?

[LO] Oui, j’aimerais bien faire quelque chose comme ça. En fait il va falloir trouver le temps, mais oui j’adorerais faire le Book of Shhh. Beaucoup de monde m’a demandé de faire quelque chose comme ça. Je crois que ce serait important, non pas que pour le Book of Shhh: c'est qu'il y a d’autres événements, d’autres histoires que je n’avais vraiment pas le temps d’approfondir et j’aimerai bien faire comme un companion ou juste faire un truc online, complet. Oui qui soit libre, gratuit, où on peut facilement accéder. Donc je ne sais pas.

[Ir] Par exemple d’où vient l’histoire des Invalids.

[LO] Oui, exactement. Mais il y a encore deux livres ! (rires) Il y a un monde entier complexe, c'est fait exprès, c’est pour ça que je vais aussi écrire un deuxième et un troisième livre, parce que franchement je ne pouvais pas aborder ce sujet intéressant.

[Ir] Avez-vous lu d’autres livres sur le thème de la dystopie?

[LO] Oui bien sûr, Hunger Games que j’aime beaucoup, mais d'autres, non pas encore. J’entends fréquemment la question : pourquoi tu as décidé d’écrire une dystopie? (rires) et ce qui est intéressant c’est que moi j’avais dû entendre ce mot peut-être une fois dans ma vie. Et après avoir remis mon histoire, ce sont les éditeurs qui donnent le titre de dystopie.
Non, ce n'est pas vrai, j’ai lu ce livre et j’ai lu aussi Handmaid’s Tale (Ir : La Servante écarlate), c’est un roman adulte qui a été publié il y a vingt ans, c’est très très très beau. C’est de Margaret Atwood. Donc oui. Mais je préfère les dystopie aux vampires (rires).

[Ir] Il y a tellement de vampires que ça fait du bien de sortir de ce thème là.
[LO] Oui (sourire).

[Ir] Le livre m’a un peu fait penser à Scott Westerfeld... (désolé, j’avais lu Pretties juste avant Delirium et j’ai trouvé des similitudes).

[LO] Oui, oui je vois. Plusieurs personnes m’en ont parlé. Mais j’aime bien Scott Westerfeld. En fait j’ai lu son livre avec un genre de vampire mais très différents (Ir : V-Virus je suppose), mais ça fait longtemps. Mais j’aime les vampires.

[Ir] Quelle est votre couleur préférée ?

[LO] Noir.

[Ir] Noir ? Ce n’est ni le bleu, ni le gris ?

[LO] Non (rires). Oui, un peu, je dirais noir et gris. En fait ça (elle montre ses habits) se sont les seules couleurs que j’ai à porter. Uniquement le gris et le noir.

[Ir] Combien de langues parlez-vous ?

[LO] Deux, et même pas deux (rires). Anglais et un petit peu le français. Ça reste oui. La dernière fois que j’étais à Paris, je me suis souvenue du mot poignet, et tout à coup, tous les mots pour le corps me sont revenus : genou, lèvres, coude…(rires).

[Ir] Si vous étiez Hana, ou une des amies de Lena, la suivriez-vous dans son aventure ou resteriez-vous en ville ?

[Petit Spoiler si vous n'avez pas lu le livre]
[LO] Je dirais… j’aimerais être capable de dire « ba oui je partirai »… C’est vraiment une question difficile, parce qu’on peut dire que tu vis dans une société où tu es imprégnée, que certaines personnes sont mauvaises, que vraiment tu as envie de rompre tous ces liens. En fait Lena n’a pas autant de lien qu’Hana. Hana a un futur là-bas qui est vraiment... sa famille est riche, elle va se marier avec le fils d’un homme important. Pour Lena ce n'est pas du tout comme ça, donc ça lui permet un petit peu plus d’être « rebellious » (Ir: rebelle).
Franchement, j’aimerais dire que oui, que je serai quelqu’un qui, pour suivre l’amour, partirai. Mais tu es attachée à des personnes intelligentes, il y a ceux qui t’ont enseigné certaines choses, qui te disent de croire à un certain dieu. C’est ce que tout le monde fait, c’est ce qu’on te dit, je ne sais pas.
Moi par exemple, je ne pourrais pas partir et laisser ma sœur, mais en même temps ils perdent des sentiments après la procédure, comme Lena avec sa sœur, ce n’est plus pareil, après. Et toi tu ferais quoi ?

[Ir] Euh… si s’était Alex, peut-être que oui ! (rires)

[LO] Pour Alex oui, pour mon copain non (rires).

[Ir] Vous-êtes vous inspirée de personnes de votre entourage dans le livre ?

[LO] Oui oui oui. En fait dans tous les romans, je crois que les personnages que j’écris s'en inspirent, sinon tu ne les comprends pas, mais en même temps, oui, il faut toujours regarder, rechercher des gens dans notre entourage parce que sinon tes personnages ne sont pas réels. On écrit sur ce qu’on connait, mais ce n’est pas comme si je prenais quelqu’un dans ma vraie vie et je le mettais directement. Ça devient un rythme pour tout écrivain, tout est réfléchit. 

[Ir] On retrouve des similitudes mais tout est différent.

[LO] Oui.

Et bien merci !
Merci beaucoup !!!
C’était un plaisir !  Bonne journée et bonne tournée en France ! Au revoir [...]

Alors votre avis? Vous allez rencontrer l'auteur bientôt? Dites-moi tout!

14 mars 2011

Concours: Delirium (signé!)


 TERMINÉ

A l'occasion de ma rencontre avec Lauren Oliver le samedi 12 mars, je suis revenue avec mon livre signé, mais aussi avec un exemplaire français et un marque-page signés par l'auteur! Et parce que le blog fêtera ses 5 mois sur la toile le 14 mars (et que, je ne vous le cache pas, mon chiffre préféré est le...5!), j'ai décidé d'organiser mon premier concours avec ni plus ni moins que le livre coup de cœur du moment! Delirium!

Comme je sais à quel point c'est frustrant de ne pas pouvoir participer à un concours parce qu'on n'a pas de blog, mon premier concours est ouvert à tous les résidents en France métropolitaine. Bien sûr, c'est toujours mieux si vous twittez, facebookez ou bloggez le concours!

Sans plus tarder, voici les règles du concours:

En FRANCE métropolitaine
Si vous avez moins de 16 ans, merci de demander l'autorisation à vos parents.
Laissez un commentaire sur cet article avec votre pseudo ET votre adresse e-mail.

Prix:


Un premier gagnant recevra un exemplaire de Delirium dédicacé. 


Un deuxième gagnant recevra un marque page fantaisie dédicacé.

Fin du concours: 
le 6 avril 2011!

Bannière du concours

Bonne chance!

13 mars 2011

Rencontre avec Lauren Oliver à Lyon


Salut à tous chers lecteurs ! 

Alors, samedi 12 mars j’ai eu la chance de rencontrer Lauren Oliver, auteur de Delirium, à Lyon dans le magasin Decitre Ecully. Pour réussir ma chronique, je vais un peu raconter ma vie. Je m’en excuse d’avance !

9h30 – Lever. Préparatifs pour l’après-midi : caméra (check), appareil photo (check), portable (check), livre Delirium (check), argent (check)… Tout est là, je suis excitée comme une puce. Je prépare quelques questions pour Lauren. Je regarde mes mails. Je mange vite fait bien fait et hop on y va.

13h20 – Départ de la maison. Lyon, métro A, puis métro D puis bus numéro 89. Attente du bus pendant 15 min à Gare de Vaise (j’ai cru qu’il ne viendrait jamais !). Sourire béat dans le bus, je me rends compte qu’on me dévisage. Après je ne sais combien de courbes, de montées, d’arrêts, me voilà arrivée au Centre commercial  Grand Ouest (où je n’avais jamais mis les pieds auparavant).


14h40 – J’entre dans le Centre commercial, Decitre est près de l'entrée. Je vois le panneau qui annonce la dédicace (ci-dessus) et j’entre dans le magasin. C’est au deuxième étage. Le petit coin dédicace est près (photo ci-dessous), pendant ce temps je fais un tour dans les rayons. 


Je demande si je suis autorisée à filmer la rencontre : pas de problème. Je prends une copie de Delirium et une des Pouvoirs Obscurs de Kelley Armstrong. J’erre un peu à droite et à gauche. Puis j’ai une illumination. Des marque-pages ! Il n’y en a pas sur le stand, donc pas de marque-pages Delirium. Je redescends car j’avais remarqué que la papeterie se situait à l’étage en-dessous. Et là, surprise… Lauren Oliver est en train de monter les escaliers ! Sur le coup, j’étais tellement concentrée sur mes marque-pages que je n’avais pas fais attention, mais un gars à côté de moi (un employé du magasin) dit un truc du genre « Tiens ! Bonjour, bienvenue ! ». Et là hop, demi-tour. Aux oubliettes les marque-pages ! Je reviens vers le coin spécial. Sourires, bonjour à tous. Oh, elle et Cécile B., des éditions Black Moon, repartent et nous disent qu’elles reviennent dans cinq minutes (Lauren passe à 30 centimètres de moi et me dit Bonjour avec un grand sourire !). Quel bon accent ! OK, je me rue au premier étage, je cherche des marque-pages rigolos et j’en trouve (photo ci-dessous).



J’en prends cinq : un pour le gagnant du concours, un pour Élodie, un pour Marie, un pour Lilie et un pour moi. C’est là que je regrette de ne pas les avoir payés avant ! (Voir photo ci-dessous). On ne voit peut-être pas bien, mais ça a bavé à certains endroits et j'ai du retoucher le tout. Sous une bonne lumière on voit comment j'ai horriblement rattrapé le coup (pardonnez-moi les filles!).



J’avais le temps de passer à la caisse tout de suite, mais au cas où, je suis remontée. (Je le saurai pour la prochaine fois, ne jamais passer à la caisse avec des marque-pages signés avec de l’ancre qui met trois plombes à sécher, tout ça avec un a***** de caissier qui met ses doigts dessus !).

Environ 15hLauren Oliver et Cécile B. reviennent, entrent dans « l’arrière  magasin ». Je sors ma caméra et mon appareil photo entre temps. Elles ressortent et la suite, vous n’aurez pas besoin de lire ce que j’écris, tout est en vidéo ! 


Ensuite, elle signe des livres. Je laisse passer les autres, parce que j’aimerais parler un peu avec elle. J’en profite donc pour prendre des photos (ci-dessous).


Viens mon tour. Et on papote ! Elle me demande si je suis bloggeuse (trop forte, oui !) parce qu’elle m’a vu avec une caméra. Et on parle en français hein ! Je lui dis que oui je tiens un blog, que je posterai mes articles et ma vidéo sur son Facebook (parce que je l’ai en ami). Elle parle bien français, comme vous avez pu le constater sur la vidéo, et elle m’explique qu’elle était en France plus jeune et qu’elle était allée à l’école française mais que depuis elle n’était pas revenue, ou du moins, juste à Paris. Elle est donc contente de faire une tournée en France pour améliorer son français.
Je lui dis que c’est vraiment cool de faire une tournée en province parce que c’est toujours sur Paris que se passent les grands événements (bon ok, j’admets que c’est un peu normal étant donné que c’est la capitale mais bon !). Elle est aussi contente de « visiter » plusieurs villes.
Elle remarque mon exemplaire américain et me souris. Je lui explique que comme je fais des études de langues, lire en anglais ne me pose pas de problèmes. Elle me demande même si je vais faire une lecture comparative. Mais l’exemplaire français signé est pour un « giveaway » (voilà, vous savez tout de mon concours qui sera en ligne lundi 14 mars !).

Je crois que je lui pose une autre question mais je ne me souviens plus laquelle. Elle dédicace donc les deux livres et les cinq marque-pages en ma possession. Vu que son stylo à ancre sèche doucement, elle me dit de faire attention. Elle me dispose les marque-pages en fleur et on rie toutes les deux.

La femme qui se trouvait derrière moi et qui attendait que je finisse de parler avec Lauren me propose de me prendre en photo avec l’auteur (merci ! Et je suis contente de l’avoir retrouvée en caisse par la suite pour bavarder livres avec elle ! Si vous passez par là, encore merci et coucou !).



Je la remercie, lui souhaite une bonne journée ET une bonne tournée. Direction la caisse pour payer tout ça.


J’ai sûrement dû oublié certaines choses, certains détails, mais quand je revois ce que j’ai écris, je me rends compte que c'est quand même bien détaillé !

Mais là ne s’arrête pas la rencontre… car je me suis rappelé que je ne lui avais pas posé mes questions que j’avais écrites sur un bout de papier le matin même. Donc je suis retournée lui parler. Et je vais vous faire patienter pour voir mon interview de l’auteur, que je publierai dans la semaine, histoire de vous faire saliver et de ne pas mettre tout d’un coup ! Le concours, lui, sera mis en ligne dès demain !

Merci à Black Moon pour avoir organisé cette tournée, et à Cécile B. pour avoir accompagné l’auteur, je suis aux anges ! J’adore son livre et l’auteur est vraiment quelqu’un de super ! Souriante, dynamique, bavarde, bref, j’ai passé une après-midi mémorable.

J’attends vos impressions, vos crises de jalousie, votre chronique si vous avez rencontré l’auteur… j’aime la lecture ! (Nan sans blague ?).

4 mars 2011

Permettez-moi cet instant de folie...


J'ai reçu
Delirium et...

AFTERLIIIIIIIIIIIFE !

Nouvelle couverture: Beautiful Chaos

La couverture du troisième tome de la saga "Beautiful" a été dévoilée. En français son titre sera bien entendu "18 lunes". Alors, vous aimez? Vous trouvez que les lettres sont jaunes ou vraiment dorées? Moi qui pensais que le titre serait vert... En tout cas j'aime beaucoup! En terme de couvertures, la meilleure saga selon moi :)