31 août 2011

Nouvelle couverture: Fateful

Voici la couverture de Fateful, le prochain livre de Claudia Gray. Il s'agira d'une histoire d'amour sur le Titanic où l'un des personnages sera un... loup-garou! J'ai trop hâte qu'il sorte! Et j'adooooore la couverture, la police du titre me rappelle celle des livres de la saga Evernight.


En voici le résumé en anglais de Goodreads (traduction à venir):

It's about a servant girl named Tess in 1912, who wants to escape from the house where she works, and most particularly the lecherous young lord of the manor. But that's not her biggest problem. While on a voyage to America, where she plans to escape and start a new life, she meets Alec, who's ruggedly handsome, fabulously wealthy, intelligent and yet so clearly troubled that she'd rather not fall for him, but she does. That also is not her biggest problem. Alec, it turns out, is a werewolf ... one cursed to change every night, unless and until he surrenders his independence and joins the Brotherhood, a pack of violently misogynistic werewolves who have been tracking him for months. You'd think that would be their biggest problem, wouldn't you?

But no. Their biggest problem -- though they don't know it yet -- is that they're aboard the RMS Titanic.
 
Couverture US
Couverture UK
Couverture australienne

30 août 2011

[Chronique] Extras - Scott Westerfeld





Lecture VF 
Date de parution: Le 14 août 2008
Lecteur: Jeunesse
Nombre de pages: 432
Éditeur: Pocket Jeunesse
L'acheter sur Amazon










(Spoilers) Plusieurs années se sont écoulées depuis que la rebelle Tally a renversé le système des Uglies, des Pretties et des Specials.
Débarrassé de ces castes, le monde connaît une véritable renaissance, sous le regard permanent de mille millions de caméras. La société n'est plus qu'une gigantesque émission de télé-réalité. La célébrité règne sur le monde... Une chose pourtant n'a pas changé: les moins de seize ans ne sont pas censés se montrer en ville. Surtout quand on est une Extra comme Aya, une anonyme au rang facial ridicule.
Sa seule chance de s'arracher à la médiocrité: claquer sur le nouveau réseau une histoire inouïe et... dangereuse.

Chronique:

Spoilers sur les tomes précédents

Après Uglies, Pretties et Specials voici Extras, le quatrième et dernier - ou avant dernier, c’est selon - tome de la saga. Après la fin de Specials, qui était vraiment super, je me demandais ce qu’allais nous concocter l’auteur.

L’histoire d’Extras se déroule plus de trois ans après le déferlement d’intelligence que Tally a déclenché. Le lecteur suit les aventures d’une dénommée Aya Fuse, encore âgée de quinze ans. Dans sa ville, tout est question de popularité. Que se soit par la mode, les histoires farfelues publiées sur le net ou grâce à des actions plus ou moins dangereuses, le rang facial évolue. La planète entière est-elle vraiment devenue ainsi après la distribution de l’antidote ? Aya est quant à elle prête à tout pour devenir célèbre. Ce qu’elle ne sait pas encore c’est que l’histoire qu’elle va claquer sur le net vaut de… la célébrité ! Mais cette histoire vaut-elle vraiment le coup ? Rebondissements en chaîne assurés.

Pour une bonne surprise c’est une bonne surprise ! Après un début déconcertant, je me suis vite trouvée plongée dans les pages du livre. Certes on met du temps à s’adapter aux nouveaux personnages tellement on est habitué à lire ce qui arrive à Tally et ses amis ; mais après quelques chapitres, c’est agréable de lire l’histoire d’un point de vue totalement différent, même si Aya est parfois énervante – elle veut toujours tout filmer, ne pense qu’à son rang facial alors que quelque chose de plus grand est en train de se passer.

J’ai l’impression que c’est un peu comme les jeunes d’aujourd’hui qui rêvent d’être chanteurs ou acteurs et qui surfent sur le net pour voir les dernières tendances, lire leurs e-mails (bon tout le monde le fait mais certains sont accros !) et qui passent à côté de merveilleuses occasions ou ne vivent pas leur vie à fond. D’une certaine manière Aya nous ouvre les yeux. Bien des choses sont plus importantes qu’une histoire débile sur le net. Être auprès de sa famille et de ses amis est très vivifiant.

Je n’en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher la lecture. J’ai l’impression de n’avoir que survoler le livre. Tellement de choses s’y passent. Je finirai seulement par dire que, même si on aurait pu se passer de ce tome, il donne un nouveau souffle à la saga, même si celle-ci s’arrête là. Secrets, le cinquième tome selon la maison d’édition mais qui en réalité n’est qu’un guide sur la saga, promet d’être très intéressant… 

Spoilers: Quand j'ai vu cette vidéo, ça m'a tout de suite fait penser (surlignez) aux Rusées et Aya qui surfent sur les trains magnétiques ^^




29 août 2011

[Chronique] La Forêt des Damnés - Carrie Ryan







Lecture VF 
Date de parution: Le 11 février 2010
Lecteur: Jeunesse
Nombre de pages: 381
Éditeur: Gallimard Jeunesse
L'acheter sur Amazon












Dans le monde de Mary, il y a des vérités simples. Les Sœurs savent toujours le mieux. Les Gardiens protègent et servent. Les Damnés, revenus de la mort, ne renonceront jamais. Et il faut se méfier de la clôture qui entoure le village. La clôture qui les protège de la Forêt des Damnés. Mais peu à peu, les vérités de Mary s’effondrent et son monde est plongé dans le chaos. Un monde post-apocalyptique peuplé de zombies. Une histoire d’amour ensorcelante.

Chronique:

J’avais beaucoup entendu parler de ce livre et de son auteur au moment de sa sortie en VO. Mettant en scène des zombies, je n’avais pas plus envie de le lire que ça. Plus tard, par curiosité et depuis sa sortie en France, je me suis décidée à le lire.

Que dire à part que j’ai a-do-ré ce livre et passé un super moment. Une fois fini, je n’ai qu’une envie : lire la suite, Rivage Mortel. Rien que d’en lire le titre j’en bave déjà. Une âme généreuse pour me l’offrir ? :P

J’aime beaucoup la couverture de La Forêt des Damnés parce qu’elle reprend quelques détails importants du livre (les petites branches entortillées sur certaines lettres, un grillage et une forêt sombre, la fille au regard hypnotisant) qui prennent tout leur sens une fois la lecture entamée. On voit dans le regard de cette fille à la fois de la peur – on dirait qu’elle est en mouvement, qu’elle fuit - de la curiosité, de la détermination. J’adore !


Mary a grandi toute sa vie dans un village entouré d’un grillage. Un grillage qui protège la population des Damnés, ces êtres humains qui ont subit la mutation et sont devenus des zombies - bien que ce terme ne soit pas utilisé dans le livre, le lecteur sait de quoi il est question d’après les descriptions, parfois écœurantes, de Mary. Ils errent dans La Forêt des Mains et des Dents qui est effrayante. Attirés par la chair fraiche, ces derniers ne cessent de secouer la clôture, bien gardée par les Gardiens qui assurent la sécurité des habitants. Les Sœurs, et surtout sœur Tabitha, se chargent d’éduquer les enfants et de faire circuler la parole de Dieu, celui qui les protège réellement. Mais le monde de Mary va vite être chamboulé…


La vision de monde post-apocalyptique est tout simplement incroyable. Les descriptions des lieux et des zombies sont vraiment réalistes. J’aime le style d’écriture de l’auteur. L’histoire est crédible. Le lecteur sait qu’il y a quelque chose de plus grand derrière tout ça, que tout ne se limite pas au petit monde de Mary.

Mary est une fille ouverte, intelligente et courageuse. J’aime sa personnalité. Je suis très contente de lire ce livre de son point de vue, à la première personne du singulier. On a un véritable aperçu de ses pensées, de ses sentiments, du coup on a l’impression d’être à sa place ou du moins dans son monde.

L’amitié, l’amour et la famille sont au cœur de ce livre. Ces thèmes sont très liés. Tout part de la mère de Mary avec ses histoires d’océan. Un rêve que Mary ne va pas abandonner, surtout lorsque la fille au bout de tissu rouge débarque…

J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteure a intégré les rites – mariages, naissances, prières – dans l’histoire. Elle donne une dimension plus réaliste et en même temps tragique, vu la situation du couple principal. La religion et les croyances ont une grande place dans la vie de tous les jours des habitants. Mais vous ne serez pas au bout de vos surprises avec la Cathédrale et les Sœurs.

Je ne saurais dire si c’est parce que l’auteure a trouvé préférable d’inclure l’aspect religieux dans son livre parce qu’on le lui a conseillé ou parce qu’elle-même est croyante, mais vu les circonstances dans lesquelles se trouvent nos héros, j’aurais plutôt tendance à dire qu’elle en fait une critique. Les prières ne leurs sont d’aucune aide. Mary elle-même cesse de croire en Dieu. Les Sœurs cachent certaines choses.

Un bon point pour Carrie Ryan qui nous ensorcelle avec son triangle amoureux. Encore un ? me direz-vous. Oui, mais celui-ci est exceptionnel. Vous ne saurez pas où mettre de la tête. Harry ou Travis ? Je n’arrive pas à choisir, bien que Mary ait fait son choix. Tous deux sont droits, courageux, charmants, protecteurs. On est loin du côté gnan-gnan à la Twilight. Ces personnages sont plus vrais que nature.

J’adore lire ce genre de livre, au futur incertain, où le protagoniste avance petit à petit et résout les énigmes alors que le lecteur sait déjà ce qu’il se passe, comprend avant lui ce que telle ou telle chose signifie. On a envie d’être auprès de lui pour l’aider. C’est la cas lorsque Mary lit XIV en tant que lettres et non en tant que chiffre romain… Ou la découverte d’articles de journaux qui pour elle n’ont aucune signification alors que nous, lecteurs, savons qu’ils témoignent d’une épidémie… Du coup on n’a plus envie de lâcher La Forêt des Damnés.

A la fin de ma lecture, je ne savais pas si je devais jeter le livre à l’autre bout de la pièce. Pas parce que je n’ai pas aimé la fin, au contraire. Pas parce que certains ne feront plus partie de l’aventure. Mais parce que j’aurais voulu avoir le deuxième livre à portée de main et enchaîner. Parce que Carrie Ryan a écrit ici un livre jeunesse unique. Elle a su innover et en même temps garder les bons ingrédients essentiels de la littérature jeunesse : amours, amitiés, famille, trahisons, scènes d’action, belles leçons.


Si les Damnés dévorent les êtres humains, vous vous dévorerez ce livre. 

4 août 2011

Vacances.

Bonjour à tous! 

Ingrid reads. sera en pause tout le mois d'août. Je pars en vacances quelques temps à la plage, et j'aimerais m'éloigner d'internet et du train-train quotidien pendant un moment. Ça fera du bien! J'emporte avec moi quelques livres, et comme j'en achèterai sûrement quelques uns, vous aurez une flopée de chroniques à la rentrée. 


Au cas où vous auriez raté les chroniques de ces deux derniers mois, en voici une liste:

Juin

Fièvre rouge, Les chroniques de MacKayla Lane 2 - Karen Marie Moning
Fièvre Faë, Les chroniques de MacKayla Lane 3 - Karen Marie Moning
Qui es-tu Alaska? - John Green

Juillet

Hunger Games - Suzanne Collins
La Déclaration - Gemma Malley
La Résistance - Gemma Malley
Jenna Fox, pour toujours - Mary E. Pearson

Août

Specials - Scott Westerfeld 
...

Bonnes vacances à tous et bonne lecture!




3 août 2011

[Chronique] Specials - Scott Westerfeld







Lecture VF 
Date de parution: Le 20 février 2008
Lecteur: Jeunesse
Nombre de pages: 391
Éditeur: Pocket Jeunesse
L'acheter sur Amazon








(Spoilers)
Les Specials : ce nom faisait frissonner Tally lorsqu'elle n'était qu'une Ugly insoumise et repoussante.
Et voilà qu'après une nouvelle opération, elle est devenue une Special à son tour! Pourtant, la jeune fille ne peut s'empêcher de penser à son ancienne vie. Alors, le jour où les Autorités lui demandent d'éliminer les rebelles de La Nouvelle-Fumée, un choix douloureux s'impose à elle : doit-elle écouter la petite voix de sa conscience ou mener à bien la mission cruelle pour laquelle elle a été conçue? Quelle que soit sa décision, le monde de Tally ne sera plus jamais le même...

Chronique:

Spoilers sur les tomes précédents et sur ce tome.

Specials est le troisième tome de la saga Uglies (Uglies, Pretties). Les deux premiers tomes étaient vraiment supers. Specials est, comment dire… spécial. Je suis un peu déçue par certaines scènes.

J’ai trouvé le début long et sans intérêt. Shay m’a tapée sur les nerfs avec ses histoires de trahison, sa vision de Spécial = supérieure. Tally m’a soulée au début : c’est une Spécial, elle se taillade le bras pour restée intense, elle est dégoûtée de la faiblesse de Zane etc. J’avais hâte de passer à la vitesse supérieure.

Je trouve barbant de retrouver le même schéma dans les trois livres : Tally découvre que quelque chose d’important est en jeu, elle se rebelle, elle se fait capturer, elle change d’avis, puis rebelote il faut qu’elle se souvienne de qui elle est exactement, de quelle est sa mission, puis re-vient la rébellion, et bla et bla. Trop répétitif à mon goût, j’avais l’impression de lire le même livre.

Une fois arrivée au chapitre où, après un long voyage à mourir d’ennui dans la forêt, Tally arrive à Diego, LA ville où tout se passe et qui va changer la donne, là j’étais à fond dans le livre. Je ne pouvais plus le lâcher. Shay-la est remontée dans mon estime, Tally est redevenue supportable, David a retrouvé une place dans mon cœur, le docteur Cable a gardé la haine que j’éprouvais envers elle, et Zane, oh Zane…

La deuxième moitié du livre est celle que j’ai préférée. Tout s’enchaîne. Rien ne va plus. Vous aimerez la plume, si familière maintenant, de Scott Westerfeld : raconté à la troisième personne du singulier, super descriptions des paysages et des comportements et sentiments des personnages, scènes à vous couper le souffle. Je suis fan !

Specials étant le troisième tome, la saga aurait pu finir en super trilogie étant donné la fin. Tout comme sa saga Midnighters, la fin reste ouverte. Ce que j’aime énormément. Les personnages ont eu ce qu’ils voulaient – en partie – et c’est au lecteur de s’imaginer ce qui pourrait se passer après. Mais apparemment, suite à de nombreux messages des fans, l’auteur aurait décidé de poursuivre la saga en écrivant Extras (Secrets étant un guide sur le monde qu’il a crée). Reste à voir ce que ça va donner. La suite, dans la prochaine chronique !