4 novembre 2013

[Chronique] Legend - Marie Lu

Lecture en anglais
Paru le : 14 septembre 2012
Lecteur: Jeunesse
Genre : Dystopie
Saga?: Oui
Nombre de pages: 288
Éditeur: Castelmore (FR) / Razor Bill (UK)
L'auteur:

Résumé: 
June est un prodige. À quinze ans, elle fait partie de l’élite de son pays. Brillante et patriote, son avenir est assuré dans les hauts rangs de l’armée. 

Day est le criminel le plus recherché du territoire. Originaire des quartiers pauvres, il sévit depuis des années sans que les autorités parviennent à l’arrêter. 

Issus de deux mondes complètement opposés, June et Day n’ont aucune raison de se rencontrer… jusqu’au jour où le frère de June est assassiné. Persuadée que Day est responsable de ce crime, June va le traquer… Mais est-elle prête à découvrir la vérité ? 

Mon avis:

    Legend est le premier tome d’une dystopie considérée comme étant une « descendante » des Hunger Games – comparaison que tous les éditeurs font sur la plupart des livres du genre. Si bien aucune œuvre n’arrive à la hauteur de cette saga, Legend a su se distinguer et me plaire, malgré un début un peu flou (normal je ne comprends rien à l’univers dans lequel je viens de me plonger !).


    Le synopsis donne envie. Je ne me lasse pas des histoires d’amour impossibles. A priori tout semble aller contre la romance entre les deux personnages principaux, Day et June (Jour et Juin oui !), dans un monde ravagé par une épidémie,  présentant une inégalité des richesses, dirigé par un tyran et ses sous-dirigeants tout aussi tyranniques. Ils ne se connaissent pas mais un événement imprévu va tout bouleverser. Leurs chemins vont se croiser. Entre mensonges et trahisons, une relation va naître qui va changer leur vie à jamais.

    Marie Lu a créée un monde futuriste sombre, où rien ne semble laisser place à l’amour. La population est ravagée par une épidémie qui ne cesse d’évoluer, des familles entières de la République vivent dans la misère pendant que d’autres se la coulent douce dans leur cocon doré. L’auteure n’hésite pas à inclure morts et violence dans son roman. Les méchants sont tellement cruels qu’ils n’hésitent pas à avoir recours aux massacres, au crime, à la torture. Non seulement des enfants font partie des victimes, mais les personnages principaux aussi.

    Le livre est bien rythmé. L’auteure balade le lecteur de révélation en révélation. L’intrigue est solide. Les scènes d’actions s’enchaînent à travers les points de vue alternés de June et de Day. J’adore ce concept. Le lecteur est à la fois dans la tête de l’un comme dans l’autre. Il est possible de voir ce que Day pense de June et vice-versa. On n’a qu’une envie : qu’ils se rencontrent. Dans ce contexte-là, c’est très intéressant, même essentiel pour le livre. La seule chose qui m’a dérangé c’est que leur romance est trop rapide.

    Day pense que la République est injuste et même corrompue. Vivant caché, il fait tout pour aider sa famille et faire la vie impossible aux dirigeants. Il est vif, intelligent et très courageux. Parfois têtu. Il a bon cœur et n’hésite pas à tout risquer pour ceux qu’il aime. Seul petit bémol : lorsqu’il est grièvement blessé, tout s’arrange étrangement vite. Ce n’est pas réaliste je trouve.

    June est la fille prodige. Elle est très intelligente et bien plus têtue que Day. Elle respecte les décisions de la République et veut la servir en étant la meilleure. Comme son frère, son idole. Et elle a bien raison de trouver qu’il est génial… June devra tout remettre en question et de ce fait évoluer tout au long du livre pour arriver à la personne qu’elle est réellement. Son opinion sur tout sera différente.

    Les relations fraternelles sont très présentes dans Legend. Il se trouve que c’est un élément important dans le livre mais aussi dans la vie. L’auteure à très bien su exploiter ce filon et rendre le côté familiale attendrissant et réel. Le soutien et l’amour fraternel sont un ingrédient indispensable pour chacun.

    Cette idée d’épidémie est un choix judicieux. Marie Lu n’a pas hésité à en révéler un peu plus sur le passé et à montrer que tout est lié. Ainsi, sans trop en dévoiler, le lecteur a une idée du pourquoi et du comment tout en voulant en savoir plus. Pour cela il faut lire le deuxième tome, Prodigy et prier que nos deux héros s’en sortent…


Citation:

‘Somehow I always feel better with her. It’s as if she can completely sympathize with my thoughts and help me channel them away, and I can always take comfort in her lovely face.’ p.243
 
La saga:
Prodigy
Champion