29 novembre 2012

[Chronique] Le Dernier Jour de ma Vie - Lauren Oliver

Lecture en français
Paru le : 6 avril 2011
Lecteur: Jeunesse
Genre : Contemporain
Saga?: Non
Nombre de pages: 456
Éditeur: Black Moon
L'auteur:

Résumé: 
Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une côte de popularité illimitée. Ce vendredi de février aurait dû être un jour comme les autres. Un jour parfait dans une vie de rêve. Mais ce vendredi de février est le dernier pour Sam.  
Ou le premier?

Mon avis:

J’avais a-do-ré Delirium de Lauren Oliver. J’étais tombée sous le charme de sa plume (tout comme l’auteure elle-même: vous pouvez lire le compte rendu de ma rencontre avec elle en 2011 ici et l’interview ici). Le Dernier Jour de ma Vie ne m’a pas autant plu, mais je l’aime à sa manière. Ce livre est le tout premier écrit par l'auteure.

Tout d’abord je n’aime pas le résumé de la quatrième de couverture. Je trouve qu’elle induit un peu en erreur. Disons que j’y suis allée un peu les yeux fermés, faisant entièrement confiance aux capacités de l’auteur. Et puis la faute "Kingstone" au lieu de "Kingston"...

L’histoire est originale. J’aime beaucoup l’idée de boucle dans le temps, de rédemption. Cette chance de tout reprendre à zéro à chaque fois et de ne pas se soucier de ce qui pourrait en résulter parfois. Ça me fascine. Lauren a très bien su gérer ce thème.

Dans ce livre on ne peut pas s’empêcher d’aimer détester les personnages. On s’attache petit à petit à Samantha, le personnage principal. Populaire, belle, une famille en or, elle a tout pour elle mais ne se rend pas compte de ce qui se passe réellement autour d’elle. C’est une vraie peste. Une suiveuse, qui ne se pose pas de questions. L’accident va la changer. Je dois dire que c’est crédible mais un tantinet cliché tout de même. De populaire méchante elle va parler à ceux à qui elle n’a jamais parlé mais connait de par réputation. Ce qui est cool c'est que Lauren l’a fait doucement et sûrement: Sam découvre des aspects de ses copines qu’elle ne connaissait pas au fur et à mesure etc., du coup on veut vraiment lire le livre jusqu’au bout pour enfin découvrir le pourquoi du comment.

Quant à ses meilleures amies Lindsay, Ally et Elody, se sont des pestes plus peste que Samantha ! On a parfois envie de leur donner des claques ou de lever les yeux au ciel, mais malgré leurs imperfections, on les aime. On rit à leurs blagues et à certaines de leurs conversations. Mais mais mais, je dois quand même avouer que Lindsay m’a vraiment très souvent tapée sur le système. Je remercie Lauren Oliver d’avoir écrit un personnage comme celui-ci, réaliste, pour parler de bullying, de tous ces enfants qui persécutent et ceux qui souffrent d’être persécutés. Parce qu’il en existe dans toutes les écoles. Ceux qui se croient tout permis et ceux qui subissent des harcèlements.

J’ai d’ailleurs beaucoup aimé que Lauren aborde le sujet du sexe et de la première fois sans pour autant trop s’y attarder. C’est un thème qu’on ne lit pas souvent et pourtant c’est au moment de l’adolescence que tout change. Puis je trouve que ce livre représente bien la jeunesse américaine avec leurs bandes, leur position sociale, leurs fêtes et les sujets de conversation des jeunes. Ce qui a ses pour et ses contre...

La fin m’a laissé un peu confuse. Je crois que j’ai lu les dernières pages plusieurs fois. Je suis un peu partagée sur la façon dont Le Dernier jour de ma Vie se termine. J’aime et à la fois je n’aime pas. Comment l’avez-vous trouvée vous ?


Bref, un livre qui fait réfléchir et nous rappelle qu’il faut profiter des petites choses que la vie nous offre, chaque jour.

Je finis sur un extrait du livre pour vous montrer à quel point l'auteure est douée:

«Je me suis rendue compte que le temps n’avait pas d’importance. Que certains moments durent indéfiniment. Qu’ils se prolongent bien après qu’ils sont terminés. Même quand ceux qui les ont vécus sont morts et enterrés, ces moments subsistent, s’étirant dans la passé et l’avenir, à l’infini. Ils sont tout et partout simultanément.
Ils sont ce qui fait sens. » – p. 450



2 commentaires:

  1. Perso, j'aurais aimé une fin différente mais d'un autre coté c'est sans doute la meilleure fin possible. Je suis un peu partagée aussi. ^^ Contente qu'il t'ait plu. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien contente de ne pas me retrouver seule ^^ Merci pour ton commentaire :)

      Supprimer

Merci de prendre le temps d'écrire un petit commentaire :)