13 mars 2013

[Chronique] Dis-moi que tu m'aimes - Francisco De Paula Fernández

Lecture en français
Paru le : 1er juin 2012
Lecteur: Jeunesse
Genre : Romance
Saga?: Oui
Nombre de pages: 634
Éditeur: Albin Michel Wiz
L'auteur:

Résumé: 
Aujourd'hui, le cœur de Paula bat à tout rompre. Enfin, elle a rendez-vous avec lui. Ils se parlent depuis des semaines sur Internet, c'est comme s'ils se connaissaient déjà. Elle s'installe au café, savoure un caramel macchiato et attend, attend. Quand il se passe quelque chose de follement romantique qui va changer sa vie...

Mon avis:

     J’ai toujours eu envie de lire cette saga, mais le prix de chaque livre étant assez élevé, je me suis dit que j’attendrai sa sortie en France. Dis-moi que tu m’aimes est donc par la suite publié en France, toujours à un prix mirobolant. Je me suis donc dit que je me jetterai dessus une fois qu’il sera disponible dans ma bibliothèque. Aussitôt dit, aussitôt fait. 


    Dis-moi que tu m’aimes est un gros pavé. Plus de 600 pages d’histoires d’amours peut être effrayant mais à ma grande surprise, il se lit agréablement vite. Un peu long au début, je ne l’ai plus lâché par la suite. Étant une éternelle romantique, je me suis laissée envoûter par ces chassés-croisés amoureux. Certains pourraient le trouver trop cul-cul ou trop mielleux, mais après tout ce sont des histoires d’ados. Il est surtout question de la première relation amoureuse, de premiers baisers, de la toute première fois. Tout le monde passe par là et l’auteur a su décrire les vrais sentiments de chacun. On ne peut que s’identifier à un des personnage tout au long du livre, ce qui m’est arrivé d’ailleurs.

    L’histoire d’amour entre Paula (prononcez Pa-ou-la et non Po-la) et Angel est mimi comme tout. Malgré leur différence d’âge (cinq ans c’est pas non plus la mort, mis-à-part le fait qu’elle ne soit pas majeure), ils vont super bien ensembles. On craque à chacune de leur scène. C’est beauuu l’amour ! Ah non, il y a un petit bémol. Angel a mal agit à un moment donné. Je suis déçue. Impardonnable. Mais je vous laisse découvrir de quoi il s’agit…


    Les personnages sont tous attachants, le couple principal comme la famille et les amis, malgré quelques points négatifs pour certains. Thumbs up pour Alex et M. Suárez, le patron d’Angel. Alex est juste merveilleux. En dehors de son sourire-qui-tue, il est gentil et généreux. Il sait ce qu’il veut et c’est cette détermination qui m’a le plus plu. De plus, il est écrivain et trouve des moyens originaux pour faire connaître son talent. Quant à M. Suárez, bien que personnage secondaire dans le livre, il est extrêmement drôle et honnête. J’aime sa personnalité. 

Les « Dragibus », ou les amies de Paula, sont drôles et pétillantes quoique parfois énervantes et superficielles. C’est touchant de voir des amies qui s’aiment comme ça. Elles se soutiennent quoiqu’il arrive et parle de sujets importants tel que la première fois tout comme des non importants tel que quelle couleur va avec telle couleur. Kill me please !

Mario, le frère de Miriam, l’une des « Dragibus », et ami d’enfance de Paula, est secrètement amoureux de cette dernière. Lui, il m’a saoulé mais à un point ! Je l’ai trouvé pénible. Il est certes romantique mais son côté pot-de-colle et intello m’ont gavés. C’est tellement cliché ! Malgré tout, j’aime son amitié sincère avec Paula. 

Katia, la pop star qui reste elle-même m’a aussi fait rouler des yeux. Décrite comme une fille qui garde les pieds sur terre, elle s’est entichée du bel Angel et en devient vite dépendante. Non mais c’est bon quoi. Elle me fait penser au personnage d’Alex dans les dernières saisons de One Tree Hill (Les Frères Scott en français). Elle est belle, célèbre, drôle et se sent attirer par un homme simple qui mène une vie simple. On l’aime et la déteste à la fois. C’est ce qui m’est arrivé avec Katia. Je lui ajouterai tout de même un point positif pour sa chevelure rose ! 

Irène, dont je ne vous dirai rien de plus à son sujet, est la plus insupportable des pestes !


    Le style est fluide et simple. On tourne les pages avec envie. Les chapitres sont courts et entraînants. J’ai beaucoup aimé les différents points de vue et savoir ce qui se passe en même temps à l’autre bout de la ville est une idée géniale. Tout comme la fin de certains chapitres annonçant la suite des événements : « Paula sourit et raccroche. Sans se douter de ce que lui réserve la soirée… » p. 263.

    En ce qui concerne les promesses faites par l’éditeur, je suis déçue. Où sont les ramblas ? Le Parc Gaudí ? N’importe quoi qui puisse situer le lecteur à Barcelone ? Je suis cependant heureuse que le livre ne soit pas bourré de clichés espagnols en tout genre. Les churros et autres références aux artistes espagnols m’ont indiscutablement plu. Étant espagnole, j’aime le fait que ça se déroule en Espagne et que l’auteur montre que la ville est comme n’importe qu’elle autre ville européenne avec ses Starbucks et autres Fnac, tout en permettant au lecteur de se familiariser avec la culture et la scène musicale ibériques. Et en parlant de musique, écrire par-ci par-là des titres de chansons est une bonne idée, ça colle parfaitement au thème du livre. Par ailleurs, je trouve un peu bête d’écrire en quatrième de couverture « Cet été, c’est sous le soleil de Barcelone que fondent les cœurs ». Et si on le lit pendant l’hiver, au mois de mars comme je l’ai fait (ce qui tombe bien vu que l’histoire se déroule en mars) ?

    Juste pour faire ma chiante, parce ce que ça m’a fait grogner, chère Madame Rabier, El Corte Inglés ressemble plus aux Galeries Lafayette et non à BHV. Ce dernier se contente de vendre des produits pour la maison, du bazar, or Les Galeries ont un marché plus vaste et sont plus classes, ce qui est le cas de El Corte Inglés (vêtements pour tous, accessoires sportifs, valises, électroménagers, DVDs, CDs, livres, jeux-vidéos, maquillage, pharmacie, pain, journaux etc.). 


    J'ai énormément apprécié ce livre qui, malgré quelques petits défauts, m'a fait passer un agréable moment avec tous ses rebondissements. J'adore les histoires d'amour et sur ce point-là je n'ai pas été déçue.

    Dis-moi que tu m’aimes est le premier tome d'une trilogie. Après une fin abrupte, on a tout de même envie de lire la suite. Ce qui me fait un peu peur, c’est qu’en lisant les synopsis des suivants, on ne retrouve pas tous les mêmes personnages… A voir donc !



La saga:
¿Sabes que te quiero?
Cállame con un beso

6 commentaires:

  1. Vu que c'est écrit par un espagnol, j'espère bien que c'est pas bourré de clichés ^^ Pour le coup de l'été sur l'accroche, sérieux, ils sont nuls des fois...

    Sinon, il y avait le coffret des trois tomes en espagnol, le prix me semblait pas trop horrible :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :)

      Ah ouais? Je devrai y jeter un coup d’œil alors, merci ;)

      Supprimer
  2. Hihi tu l'as lu, c'est fait, je suis trop contente. :D

    Maintenant, attendons la suite... Si elle arrive un jour en France quoi... :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :D Et oui enfin!
      J'espère qu'ils ne tarderont pas à publier la suite aussi! J'attends déjà Mortels Petits Jeux et c'est même pas sûr qu'ils le publient :'(

      Supprimer
  3. Ça me tente bien, mais j'avoue que le pavé me fait peur ^^ En même temps, si tu dis qu'il se lit vite quand même... :) Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ba franchement, une fois que t'es dedans, t'es dedans ^^ J'espère qu'il te plaira :)

      Supprimer

Merci de prendre le temps d'écrire un petit commentaire :)