24 avril 2013

[Chronique] Delirium T2, Pandemonium - Lauren Oliver

Lecture en français
Paru le : 29 février 2012
Lecteur: Jeunesse
Genre : Dystopie
Saga?: Oui
Nombre de pages: 375
Éditeur: Black Moon
L'auteur:

Résumé: 
Spoilers tome 1: Lena a découvert avec Alex ce sentiment interdit qu’est l’amour. Ensemble ils se sont enfuis, déterminés à gagner la Nature pour vivre leur passion. Mais seule Lena est parvenue à franchir la frontière. Sans savoir si Alex est encore vivant. Aujourd’hui Lena a rejoint la résistance. Elle se voit confier une mission qui pourrait bien lui coûter la vie. Mais une nouvelle rencontre vient remettre en question tous ses principes. Se battre pour avoir le droit d’aimer : cela a-t-il vraiment un sens ? Imaginez qu’on vous prive de tout sentiment. Que la liberté ne soit plus qu’un vieux souvenir dénué de sens. Jusqu’où iriez-vous pour garder le droit d’aimer ?

Mon avis:

Le premier tome avait été un véritable coup de cœur. J’avais donc forcément hâte de lire la suite. Malheureusement, je suis sortie un peu déçue de cette lecture. Explications.

Après les événements tragiques à la fin de Delirium, j’avais peur de ce que j’allais retrouver. Qu’allait-il arriver à Lena ? Qu’était-il arrivé aux autres personnages ? Une guerre allait-elle éclater ? Car si le premier tome nous permettait de découvrir le monde créé par l’auteure, le deuxième nous offre plus de détails sur le fonctionnement de la société, ce qui aurait permis aux choses d’avancer. J’ai doré en savoir plus sur les différentes organisations, les complots, sur l’ampleur du délire du gouvernement concernant le deliria, mais j’ai cependant trouvé qu’il ne se passait pas grand-chose avant les 140 dernières pages.

Il n’y a pas assez d’actions à mon goût. Je n’ai pas aimé les chapitres se déroulant dans la Nature. J’avais comme une impression de déjà vu. C'est étrange. Et bien que notre Lena gagne en maturité et en force, je trouvais ces passages trop longs et pour certains pas très utiles. En quelques chapitres, ça aurait pu faire l’affaire. Je n’ai d'ailleurs pas été convaincue par leur mode de vie, pourtant similaire à ce que l’on trouve dans d’autres dystopies.

Cette comparaison m’amène à faire un aparté et à réfléchir sur un point commun de ce genre de livre : le passé. Bien que j’adore les dystopies, je trouve que le lecteur manque d’informations sur ce qui s’est passé avant. On n'a toujours qu'un aperçu, une explication vague. J’adorerais savoir précisément comment les zombies ont terrorisé la planète dans La Forêt des Damnés, ou comment la population en est arrivé au classement dans Divergent. Ok, ce type de lacune laisse sûrement une part de mystère, ce qui laisse du coup libre court à l’imagination de tous. Je suis cependant curieuse à chaque fois de savoir. Pas vous ?

Malgré tout, le style de l’auteur est toujours aussi plaisant – n’oublions pas de citer la traductrice ici, le premier tome l’ayant lu en VO, je pouvais bien dire que j'adorais la plume de l'auteure. J’aime beaucoup les descriptions des sentiments des personnages tout comme des paysages. En aucun cas ça n’alourdit le récit. On prend un plaisir fou à lire chaque passage, chaque interrogation personnelle de Lena. Au contraire je n’ai pas aimé le choix d'alterner les chapitres en « Avant » et « Maintenant ». Ils m’ont complètement perturbée. Au début j’étais un peu perdue, puis même au fil de ma lecture je ne trouvais pas ça intéressant. Les deux espaces-temps ne se rejoignent pas vraiment au final. J’aurais préféré que tout commence par Lena dans la Nature pour filer petit à petit vers son combat aux côtés de la Résistance etc. D’où une préférence large pour les chapitres « Maintenant » qui sont plus 'intéressants'.

Puis vers la fin, tout s’enchaîne. Il y a plusieurs rebondissements : la lutte pour survivre, des révélations familiales et autres péripéties amoureuses. Oui, les 140 dernières pages sont un pur bonheur, surtout la fin, oh Lauren Oliver est douée pour écrire des fins !

Côté personnages, comme je l’ai écrit plus haut, j’ai aimé voir Lena grandir et se battre. Quand bien même j’ai trouvé sa dévotion aux Résistants trop rapide. C’est normal qu’après tout ce que lui ait dit Alex et ce qu’elle a pu apercevoir elle se rebelle et les rejoigne. Bon ok, surtout parce qu’on lui a sauvé la vie. MAIS mais mais, elle accepte le mode de vie et les idées des autres sans trop montrer de résistance (résistance-Résistants-Résistance, ha !). Ce qui m’amène à débattre sur le personnage de Raven. Sans trop en dire, elle est la chef de la bande et est dure avec tout le monde – question de survie – ce qui a fait que je l’ai détestée dès le début. Il n’y a qu’à partir de la page 362 (sur 375, c’est dire !) que j’ai réellement appréciée son personnage. Son côté autoritaire m’a complètement bloquée même si la petite histoire sur son passé a un peu adoucit l’image que j’avais d’elle pendant un moment, je l’avoue. Quant au père de Julian, Thomas, il m’a aussi tapé sur les nerfs. Bref.

Alex et Hana m’ont terriblement manqué dans ce tome. Le côté protecteur de l’un et la joie de vivre de l’autre était une partie que j’avais fortement appréciée dans Delirium et que je n’ai pas retrouvée dans Pandemonium. Ni avec Julian, ni avec toute autre personne dans le groupe des Résistants. Dommage.

Malgré mon amour profond pour Alex, je dois avouer que Julian n’est pas mal non plus dans son genre. J’ai aimé le voir changer et avoir sa propre opinion sur tout, même s’il en avait déjà une depuis un moment… Sa romance avec Lena était toute mimi. Tout en douceur. Pas de précipitation. Un typique je te déteste-je t’aime bien. Un bon point pour Lauren Oliver. Étant de moins en moins fan des triangles amoureux, « j’accepte » celui-ci. Pour Lena, Alex est mort. La douleur est certes insupportable, il faudra longtemps avant de surmonter ça, mais tout le monde à droit une deuxième chance. On ne peut pas vivre sans amour. Elle a droit d’être heureuse. Rallumer la flemme avec Julian me paraît tout à fait normal et naturel. (Drop Dead Diva, quand tu nous tiens !).


Un tome bien en dessous du premier donc, mais qui offre un merveilleux aperçu sur ce qu'il va se passer par la suite. Je file voir si le troisième tome est dispo dans ma biblio !


« Personne ne peut nous l'interdire. Personne ne peut nous séparer. Nous nous sommes choisis, et le reste du monde peut aller en enfer. » pp.373-374


La saga:
Requiem
Novella: Hana, Annabel & Raven

2 commentaires:

  1. Dommage que tu n'ai pas aimé plus que ça. :( Perso. je l'ai trouvé bien meilleur que le t1 pour une raison toute simple c'est qu'il y a beaucoup plus d'action. Le t1 était plus centré sur le plan 'psychologique' ce qui était très bien aussi mais bon... ^^ En tout cas, j’espère que le t3 ne te décevra pas. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ba je crois que je préfère son écriture 'psychologique' lol. Mais bon voilà, j'ai trouvé que la seule action intéressante se trouvait vers la fin et j'ai pas aimé le reste. J'ai hâte de lire le tome 3, croisons les doigts pour qu'il me plaise ;)

      Supprimer

Merci de prendre le temps d'écrire un petit commentaire :)