2 octobre 2013

[Chronique] Insatiable - Meg Cabot

Lecture en français
Paru le : 4 mai 2011
Lecteur: Jeunes adultes
Genre : Vampires
Saga?: Oui
Nombre de pages: 576
Éditeur: Black Moon
L'auteur:

Résumé: 
Vous en avez assez des vampires ? Meena Harper aussi. Il faut dire que le paranormal, ça la connait. La preuve : elle peut tout vous dire de votre mort prochaine. Mais dès que ça la concerne, Meena ne voit rien venir.
 
Du coup, elle ne pouvait pas imaginer :
- qu'elle allait rencontrer un beau brun ténébreux
- qu'elle en tomberait bêtement amoureuse
- que ce serait un prince au côté légèrement obscur
- que l'heureux élu serait déjà mort.

Pourtant, Meena finirait bien sa vie avec lui. Bref, voici venue l'heure fatale... de prendre son destin en main. Mais Meena en a-t-elle les moyens ?

Mon avis:

    Grande fan de Meg Cabot, je ne pouvais pas passer à côté de son entrée sur la tendance vampirique. Ce gros pavé effrayant est tout autant distrayant. Par moment long et exaspérant, j’ai tout de même apprécié ce premier tome.

    La couverture est très jolie avec son thème vampirique : pieu à la main, couleur rouge et en mode sexy. Le détail du bracelet en forme de serpent devient vite compréhensible après lecture. Et puis la catch-phrase située en bas donne envie de découvrir cette nouvelle histoire. De plus, chaque début de chapitre détaille le lieu et l’heure de la scène. Intéressant, enfin surtout pour un habitant de New-York, de pouvoir se situer dans la ville sachant que le livre s’inspire de la réalité. Rechercher le 154 Sullivan Street sur Google Maps pour voir s’il existe et voir que ça ne ressemble pas à ce que je m’avais imaginé, c’est drôle !

    Meg Cabot a opté pour un retour aux sources. Sans trop en dévoiler, elle créée des liens entre ses personnages et les premiers vampires de la littérature. Elle a su garder le côté sombre de ces créatures ainsi qu’un environnement inquiétant. Car même si tout se déroule dans un New-York moderne, avec son lot de stars, de boîtes, de chaîne de télévision, d’interventions politiques et autres soap opéras, le côté religieux et angoissant des vampires est bien présent.

    Ce qui est drôle c’est que le personnage principal, Meena (autre clin d’œil aux débuts vampiriques), se moque de la vague de vampires. Par exemple, la chaîne diffusant le soap opéra pour lequel elle écrit veut se lancer dans les vampires. Elle trouve cette idée stupide. Je trouve les soaps opéras stupides, et dans ce livre, vraiment agaçants. Bref, on aurait pu s’en passer. Revenons à nos moutons. Pour elle, les vampires n’existent pas et ne sont pas du tout attirants et sont totalement has been. Mais mais mais, elle va craquer pour un... Malgré cela, elle va m’étonner à plusieurs reprises. Elle ne se laissera pas faire et doutera de tout et de tout le monde. Sa force de caractère, et son don, ne nous voilons pas la face, m’ont énormément plus.

    Côté personnages secondaires, j’ai beaucoup aimé son frère, Jon, qui m’a beaucoup fait rire. Bien que parfois agaçant, je me suis entichée de lui, contrairement à Alaric et Dimitri, à qui j’aurais donné des claques – voire coups de pieds (non, je suis contre la violence). Les Antonescu sont bien sympathiques, mais celui qui remporte la médaille est le chien. Trop mimi ! En général, les personnages sont bien développés et chacun d’entre eux a de l’importance (même le portier !). Seul bémol, le méchant de l’histoire se voit à des kilomètres et je m’attendais à plus de rebondissements malgré des scènes qui s’enchainent rapidement et nous donnent envie de tourner les pages vite vite vite.

    N’oublions pas le coup de cœur de Meena. J’ai trouvé cet homme  mystérieux et à la fois attachant. Il ne m’a pas laissé indifférente même si parfois je lui aurais bien donné des claques à lui aussi. Ses scènes avec Meena sont plein de sentiments et de… désir. A chacune de leurs rencontres on sent cette attirance qu’ils ont l’un vers l’autre. Et c’est surtout lors des scènes à la limite de l’érotique que l’on voit cette forte attraction…

    Histoire de ne pas écrire que du rose dans cette chronique et parce que je suis pointilleuse, je dois citer l’utilisation excessive du mot « diatribe » tout comme les « Omondieu ! » répétitifs tout au long du livre qui m’ont fait rouler des yeux et rendu la lecture déplaisante.

    Et, spoilers le prince qui se transforme en dragon ? Please ! C’est du n’importe quoi… 

    En bref, j’ai aimé le retour aux vampires d’Anne Rice mais trouve le livre plein de lourdeurs. Du coup, malgré tous les points positifs, il y a ces petites choses qui font que je n’ai pas raffolé de ce livre et lui mettrai seulement trois étoiles. Il ne m’a pas plus emballée que ça, la preuve j’ai dû le lire vite pour le rendre à la bibliothèque car sinon j’aurais mis laaaaargement plus de temps. Je lirai la suite par curiosité, mais Meg Cabot s’est noyée dans la vague de vampires.

La saga:
Insatiable T2

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps d'écrire un petit commentaire :)