6 octobre 2015

[Événement] Festival VO-VF - Gif-sur-Yvette - Octobre 2015

Ce week-end je suis montée près de Paris, à Gif-sur-Yvette (désolée, ce nom me fait rire !), pour assister à la 3e édition du festival VO-VF, le monde en livres. N'ayant pas pu y aller l'année précédente, je ne pouvais pas rater cette édition. Dédié à la littérature et plus particulièrement à la traduction, cet événement regroupait tables rondes, conférences, ateliers et spectacles. Voici mon compte-rendu de ces deux jours épuisants (je me suis trimballée avec ma valise dans les montées et rues pavées...).

Un peu de tourisme

Cliquez sur l'image pour mieux voir la carte.



Après plus de 50 mins en RER (+ 2 h de train depuis Lyon), me voilà arrivée à Gif-sur-Yvette*, un peu fatiguée, stressée par mon retard à la première table ronde, mais ravie de profiter du soleil. Un beau temps qui perdurera jusqu'au lendemain, malgré le froid. Lorsque je n'étais pas occupée à écouter attentivement, prendre des notes, et poser des questions durant les rencontres, je me suis promenée dans la ville, les lieux du festival, le grand parc, et le très très grand parc (qui s'avère être un parc naturel régional, tu m'étonnes que je n'en voyais pas le bout !). 

* Un bel endroit pour passer un week-end ! En amoureux, loin de la grande ville, ça peut être sympa aussi.



Les lieux

La Brasserie : Pas grand chose à dire, je n'y suis pas allée 

L'Orangerie : Une petite salle près de la mairie, capable d’accueillir une quinzaine de personnes, plus les intervenants à une bonne distance anti-postillons, mais qui en eu plus d'une vingtaine lors de la table ronde « Traduire le féminin »


Le château de Val Fleury : Récemment rénové et réaménagé, il abrite plusieurs salles sur ses quatre étages avec salles de conférence, librairie et buffet (et a permis aux rencontres et concerts phares du festival d'avoir lieu).






Bonus, l'hôtel : Parce que je voulais partager avec vous la super chambre rose que j'ai eu (en fait tout l’hôtel, ou presque, est rose). D'ailleurs le personnel est très accueillant et m'a rendue plus d'un service ! (Hôtel Le Village, pour info).






Les rencontres

J'ai assisté à quelques rencontres qui m'ont beaucoup plu, enrichie et bien motivée ! Pour voir le programme entier, je vous invite à cliquer ici. En ce qui me concerne, j'en avais sélectionnées quelques unes et me suis donc rendue aux tables rondes « Traduire le manga », « Traduire la littérature jeunesse » (avec Vanessa Rubio-Barreau et Valérie Le Plouhinec, deux traductrices que je lis) et « Traduire le féminin » (avec Myriam Chirousse, entre autres) puis aux événements tels que « Les intraduisibles », organisé par l'ETL, et « Les polars du monde ». Tous très instructifs, j'ai pris des notes sur 12 pages de mon petit calepin !

Table ronde Traduire le manga

Atelier Les intraduisibles
Table ronde Traduire la littérature jeunesse
Table ronde Traduire le féminin
















Je suis très heureuse d'avoir physiquement rencontré des traductrices avec qui j'ai été en contact auparavant et d'avoir participé à des événements qui mettent en avant les traducteurs et la complexité de la traduction. Chacun partageait avec le public son rapport avec les œuvres à traduire, son processus de traduction, ses relations avec les auteurs et éditeurs etc. 

Lors de la table ronde sur la littérature jeunesse par exemple, on a parlé des adaptations français France/français Québec ainsi que de l'adaptation à l'âge des lecteurs. 

Lors de la table ronde sur le féminin, on a discuté du genre de littérature : existe-t-il une littérature masculine et une féminine ?, de la place de la littérature féminine : avant, les femmes étaient confinées, donc elle parlaient plus de l'intimité, du foyer, des amours (Jane Austen), maintenant elle sont plus exploratrices, mais est-ce que l'intime revient, surtout avec la littérature érotique ? et la traduction grammaticale a aussi été abordée : quelles sont les difficultés par rapport au féminin dans la compréhension et les rimes (en espagnol les mots finissent généralement en -a, par exemple) ? L'anglais pose moins de problème puisque les noms sont neutres.

Ce qui est revenu le plus souvent lors du festival est la place du traducteur dans le monde de l'édition et surtout la place de son nom sur la couverture ! À suivre...

Enfin, à ne pas manquer, la librairie de Gif-sur-Yvette, LiraGif, l'une des deux librairies à l’origine de ce festival, qui proposait toutes sortes de livres et surtout ceux des rencontres. Je ne suis donc pas revenue les mains vides !

Librairie LiraGif

Le retour et les souvenirs

J'ai beaucoup apprécié ce petit week-end dans le nord, même si je suis rentrée tard le dimanche soir. J'en garde de bon souvenirs dans la tête, je suis revenue avec des douleurs au poignet (de tant pousser et tirer la valise) et je suis rentrée avec quelques livres et goodies (j'ai acheté On est tous faits de molécules suite à la table ronde sur la littérature jeunesse).

Comment finir cet article ? En vous recommandant d'y assister l'année prochaine !

2 commentaires:

  1. Décidément, j'ai loupé plein de trucs intéressants ^^ ça avait l'air super :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'était très intéressant ! J'espère que tu auras l'occasion d'aller aux prochaines éditions ! On pourrait y aller ensemble d'ailleurs :)

      Supprimer

Merci de prendre le temps d'écrire un petit commentaire :)