7 octobre 2016

Automne 2016

Bonjour cher lecteur, chère lectrice,

Je m'excuse pour cette longue absence. Je n'ai rien publié depuis le mois de mai, j'ai complètement abandonné le blog. Pourquoi ? Moi-même je ne sais pas. Depuis que le blog existe (bientôt 6 ans !), j'ai fait pas mal de pauses : manque de motivation, pannes de lecture, remises en question... J'ai également voulu donner un autre aspect à ce blog en me centrant sur ma profession qu'est la traduction.

Je ne vais pas trop m'attarder sur ma vie personnelle mais il me semblait important de vous le dire, vous qui me suivez. L'aspect relationnel me manque. Ça me manque tellement que je me retrouve à parler toute seule chez moi, c'est vous dire... Alors je prospecte un peu plus pour de l'interprétation.

Concernant le blog, je pensais prendre un nouveau départ à la rentrée, ce mois de septembre ayant toujours été synonyme pour moi de renouveau, c'est raté ; je pensais prendre un nouveau départ à l’équinoxe d'automne, ce jour qui marque la fin de l'été et de cette période calme et ensoleillée, c'est raté ; je pensais prendre un nouveau départ début octobre, histoire de commencer en début de mois, c'est raté. Je voudrais prendre un nouveau départ aujourd'hui, vendredi 7 septembre 2016, avec cet article. Nous verrons bien.

J'ai pour objectif de reprendre certaines séries d'articles, sans pour autant me mettre la pression sur le jour de publication. Je crois que j'ai toujours voulu faire ça, avoir un blog organisé, avec des rendez-vous hebdomadaires. Mais je me rends compte que ça me plaît, simplement, pas que j'y arrive. Alors quand je serai inspirée (même si j'ai eu pas mal d'inspirations ces derniers mois et que j'ai noté des idées dans un doc), je publierai un article. Voilà. Et je m'excuse, je me suis attardée sur ma vie personnelle.

En cette belle journée ensoleillée d'octobre (du moins à Lyon), j'aimerais partager avec vous mes lectures du mois, en cours et prévues.


En cours de lecture



Le Labyrinthe T2 : La terre brûlée de James Dashner, traduit par Guillaume Fournier

Deuxième tome de la trilogie, bien plus sympa que le premier. J'envisage de le terminer avant le 15/10, dernier jour où le film est disponible sur Canal +. J'avais vu le film à sa sortie et maintenant j'ai envie d'en faire un lecture comparative en revoyant le film. Pour le moment, les deux n'ont rien à voir mais je les aime quand même. Je ne pense pas lire le troisième tome tout de suite car je préfère voir le film avant.


Prochaines lectures



Avant Le Labyrinthe : L'ordre de tuer de James Dashner, traduit par Guillaume Fournier

Préquel de la saga Le Labyrinthe. J'espère qu'on en saura plus sur ce qui s'est passé avant la saga d'origine. C'est tellement confus pour le moment dans le deuxième tome malgré les révélations, et j'aime tellement quand on en sait davantage sur le pourquoi du comment on en est arrivé là que j'ai hâte de le lire !


Les grands criminels lyonnais de Nicolas Le Breton

J'adore en savoir plus sur ma ville, et j'aime beaucoup le genre polar alors j'ai hâte de me plonger dans ce livre qu'on ma prêté et que je dois rendre avant de déménager !


L'ensorcelée de Salem de Katherine Howe, traduit par Emmanuel Pailler

Je suis ambitieuse et j'ajoute un quatrième livre pour finir le mois comme il se doit avec un thème Halloweenesque.  J'avais beaucoup aimé son roman Conversion et j'adore les histoires de sorcières, alors ce livre ne peut que me plaire !


Merci d'avoir lu jusqu'au bout et à bientôt dans un prochain article !


12 mai 2016

Vu sur la toile n°2

Photo

Après un court séjour à Manchester et à Liverpool, me revoilà avec un nouvel article pour vous proposer des lectures internationales. Pas mal de sujets intéressants et de découvertes enrichissantes pour cette deuxième publication. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ainsi qu'à partager vos trouvailles, j'aime lire !

Et comme toujours, si vous voyez que la dernière publication remonte à plusieurs semaines, n'hésitez pas à aller sur ma page Facebook, plus régulièrement mise à jour, ou mon compte Twitter.

Voici donc une liste d'articles intéressants (et utile en ce qui concerne celui de la RAE pour tous les traducteurs espagnol-français) touchants les domaines de la traduction, de l'interprétation et de la littérature. En bonus dans chaque publication, des articles de geek ou de ce qui me plaît sur le moment.

Enjoy and happy reading!


Articles en français

L’urgence en traduction : un risque à éviter ou atténuer - Sophie Dinh
Comment tirer parti de ProZ ? - Marjorie Gouzée pour Mockingbirds Translation

Articles en anglais


Articles en espagnol


Articles bonus

12 avril 2016

Vu sur la toile n°1

Photo

Voilà un nouvel article qui, je l'espère, me permettra de tenir ce blog un peu plus régulièrement. Je suis très prise par quelques projets de traduction/relecture ces derniers mois, donc j'ai souvent besoin de me relaxer en lisant un livre ou des articles de presse, de sortir et de voir du monde pour que tout aille bien dans ma tête. J'en oublie donc parfois de venir sur le blog et de rédiger des avis, partager mon quotidien ou tout simplement vous donner signe de vie. 

Si vous voyez que la dernière publication remonte à plusieurs semaines, n'hésitez pas à aller sur ma page Facebook, plus régulièrement mise à jour, ou mon compte Twitter.

Venons-en à ce qui nous intéresse. J'ai eu l'idée de vous concocter une liste d'articles intéressants touchants les domaines de la traduction, de l'interprétation et de la littérature. En bonus dans chaque publication, des articles de geek ou de ce qui me plaira sur le moment.

Enjoy and happy reading!


Articles en français

Vis ma vie de blogueuse #1 – L’auto-édition - Les tribulations d'une lectrice
Trente ans de la vie d’une traductrice - Françoise Degenne pour APROTRAD

Articles en anglais

Quais du Polar #6 : joute de traduction - Book around the corner

Articles en espagnol


Article bonus

 

3 mars 2016

Ingreads, pour vous servir.

Sur ce blog, je ne partage pas que mes avis sur les livres que je lis (même si dernièrement, c'est ce que je fais), je vous parle également de mon quotidien de traductrice. Aujourd'hui, cela fait un an que je me suis mise à mon compte et je souhaitais partager avec vous ce que je retiens de cette première année :


BIEN
- Je prends les jours de congés que je veux, quand je veux.
- Je travaille depuis chez moi, je ne prends donc pas de transports en commun et évite les odeurs et les drôles de personnes.
- Je gère mon temps ; je m'organise comme je le sens.
- J'ai le super site internet dont j'ai toujours rêvé.
- J'ai un énorme soutien de ma famille et de mes amis.

PAS BIEN
- Je n'ai pas de congés payés, alors si je veux prendre la journée, c'est à mes frais.
- Je m'occupe parfois plus des tâches ménagères que de mon activité.
- Je dois tout gérer : toute la paperasse, l'organisation, les paiements... Je me perds un peu.
- Il peut m'arriver de travailler les soirs ou les week-ends, or des fois j'ai déjà un emploi du temps de ministre prévu.
- Je n'aime pas trop la prospection finalement. Parce que c'est difficile. Après plusieurs refus, on est vite découragé puis on n'en fait plus ou peu.
- Le chiffre d'affaires n'est pas fixe. On peut faire un bon mois de janvier et se retrouver sans un sou en février.

OBJECTIFS 2e ANNÉE
- Prospecter plus et plus souvent. Ne pas contacter que des agences de traduction.
- Mieux me renseigner sur le statut d'auto-entrepreneur et surtout sur ce qui change après la première année d'activité.
- Me concentrer sur mon activité pendant les heures de travail.


Voilà en gros mon ressenti. J'ai certainement oublié deux ou trois points mais bon, j'en garde pour plus tard, qui sait. Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout. N'hésitez pas à écrire ce que vous en avez pensé ou tout simplement partager votre expérience dans les commentaires.

See you soon!
 

2 mars 2016

Lectures du mois (8) Février 2016


Je suis très heureuse de vous annoncer que j'ai lu trois livres en février, TROIS. Bon je triche un peu avec le livre pour enfants qui se lit en même pas cinq minutes mais ça reste un livre, pas vrai ? En tout cas je suis très contente, le premier étant un service presse, le deuxième, un qui attendait d'être lu depuis longtemps et qui se lit vite et le troisième un livre qui me faisait de l’œil depuis sa sortie mais que je n'osais pas lire (grossière erreur, c'est une tuerie !).


Princesse Cépagrave de Betty Séré de Rivières ☆☆☆☆

Un grand merci aux éditions Voyageur pour cet ouvrage. Pour info, il s'agit d'un livre voyageur, c'est-à-dire qu'une fois le livre reçu chez soi, on le lit, puis on l'envoie au prochain lecteur : il ne reste pas bien longtemps entre nos mains.

C'est une lecture sympathique, riche en couleurs et en rimes, qui traite la différence, le respect de l'autre et de la nature. Grâce à cette princesse, chaque personnage ainsi que le lecteur comprend que chacun est unique et essentiel dans la création d'un monde meilleur, dans l'épanouissement et le bonheur individuel et collectif.

Les images et le texte sont en grand format, donc idéal pour les enfants. Dommage pour la quatrième de couverture qui donne l'impression de servir de prologue et donne une vision erronée du contenu : j'aurais aimé un peu plus de « profondeur » pour les grands. Mais ça doit être mon côté je-veux-500-pages qui parle.

En tout cas je recommande de lire cette savoureuse histoire à voix haute à des enfants et pourquoi pas d'en discuter avec eux par la suite.


Gabrielle (21h34, tome 1) de Cathy Borie et Morgane Sifantus ☆☆☆☆ 

J'aime beaucoup le monde créé par les deux auteures. Il s'agit d'un roman de science-fiction/dystopique. Aventures et mystères, amour et haine, passé et futur : des thèmes communs dans un monde futuriste qui pourrait tout à fait être le nôtre.

Ce que j'ai le plus apprécié ce sont les informations sur le passé, un aspect qui manque cruellement aux dystopies qu'on peut lire ces derniers temps. Je trouve judicieux le fait de parler des événements précédents et de voir leurs conséquences actuelles/futures. Ce que j'ai moins aimé, outre le fait qu'il soit trop court, c'est qu'il manque un peu de profondeur. J'aurais aimé plus de descriptions des lieux, des personnages et de leurs sentiments etc. J'ai l'impression qu'il manque quelque chose, que les auteures ne sont pas allées au bout de leurs idées. Peut-être que cela sera développé dans les deux prochains tomes de la trilogie ?

Je recommande cette lecture rapide et innovante !
  

Star Wars - Étoiles perdues de Claudia Gray Coup de cœur

J'adore cette auteure depuis la sortie de son premier livre, Evernight. Alors imaginez à quel point j'étais heureuse d'apprendre qu'un de ses livres se situait dans l'univers Star Wars ! Et bien, je suis complètement accro !

Elle parvient à mélanger parfaitement la romance et l'action, tout en créant des personnages complexes et auxquels on s'attache (et que parfois on déteste) rapidement, et en respectant l'univers existant. On s'imagine très bien aux côtés des personnages principaux tellement les mondes, les paysages, les armes et les vaisseaux, les aspects mental et physique des personnages sont bien décrits. Ah ! Comment en dire plus, je risquerai dcrire des spoilers ?

Les transitions au sein des chapitres peuvent être déroutantes au début. Le meilleur de ces 574 pages : les fins des chapitres qui rendent toute pause impossible. Le pire de ces 574 pages : pas mal de fautes (de frappe ? de grammaire ? de relecture ?) qui donnent l'impression que la finalisation a été bâclée et me laissent un goût amer...


Et vous, qu'avez-vous lu en février ? Avez-vous lu un ou plusieurs de ces trois livres ? Si oui, qu'en avez-vous pensé ? J'attends vos commentaires !

2 février 2016

Lectures du mois (7) Janvier 2016


Le mois de janvier a été, comment dire... aussi pitoyable que décembre. J'ai continué avec My True Love Gave To Me, sans pour autant bien avancer. Entre temps j'ai sorti un autre livre, parfait pour aller dans le sac et tout léger, que j'ai réussi à finir avant que le mois ne finisse :
 

Cœur Coco (Les filles au chocolat, tome 4) de Cathy Cassidy Coup de cœur
(
traduit en français par Anne Guitton)

J'ai beaucoup aimé ce quatrième tome. Je crois que pour le moment c'est celui que je préfère, même s'il est centré sur Coco et qu'on voit pas assez les autres membres de la famille selon moi. J'en ai beaucoup appris sur les chevaux et l'équitation. Ce livre m'a par ailleurs donné envie de plus m’impliquer dans tout ce qui touche les animaux et la planète. Le monde des adultes vu par une enfant de 12 ans est revigorant. De plus, l'amitié naissante, voire plus, entre Coco et ce garçon dont je ne dévoilerai pas le nom, m'a simplement fait fondre. Aaah vivement Cœur Vanille pour voir ce qu'il advient de Honey...

Et vous, qu'avez-vous lu le mois dernier ? Avez-vous lu un ou plusieurs livres de cette saga ?

PS : C'est la Chandeleur ! N'oubliez pas de manger des crêpes et pourquoi pas des cupcakes ;-)

6 janvier 2016

Terme (anglais) de la semaine 1



Pour inaugurer cette section, que vous avez été nombreux à me demander dans le formulaire, je vais faire fort et commencer par l'un des mots les plus difficiles à traduire : « FUCK ».


J’entends déjà ceux qui regardent des films et des séries en version originale sous-titrée en français (ci-après « VOSTFR ») et qui disent « fastooooche ». Moi aussi je regarde des émissions en VOSTFR, et parfois, je ri tellement les traductions sont pourries. Mais là n’est pas le sujet. Je veux juste vous faire remarquer que sa traduction pose souvent problème et que de ce fait, il est essentiel que nous nous penchions dessus.

« fuck » est un terme anglais vulgaire, que les anglophones utilisent à tout va (il est utilisé plus de 569 fois dans le film Le Loup de Wall Street !) : verbe, nom commun, adjectif, il prend toutes les formes, ou presque, et exprime plusieurs sentiments. « fucking job », « what the fuck? » ou encore « fuck you ». Pour ne pas vous choquer, cher(ère) lecteur(rice), je ne traduirai pas ces termes. Je voulais juste donner des exemples.

Pour en savoir plus sur l’origine du terme et son usage, je vous invite à visiter ces liens :
Wikipédia (pas bieeeen)
HuffingtonPost (un peu mieux)
Urban Dictionary (trop cool)

Le mot anglais que je préfère a quatre lettres.
Love ? Non, ça finit par K. F... Fork ? Non ! F***.

Après ce petit détour historique et grammatical, venons-en au vif du sujet : la traduction. Si certains anglophones ont plus tendance à utiliser « f-word » ou « f*** » au lieu du mot complet, d’autres n’hésite pas à utiliser « fuck ».

Alors comment traduire ce terme vulgaire en français ? Nous, les Français, qui sommes bien élevés, qui avons la classe, qui ne jurons jamais ? Bien sûr que si nous jurons, mais nous n’aimons pas écrire de gros mots (certains décident même de ne pas les traduire du tout !). Du moins c’est la consigne * * . Et c’est plus joli, il faut avouer. Alors oui je me suis emballée quand j’ai parlé de séries et de films. Il est vrai qu’à l’oral on peut se permettre de le dire/l’écrire. Du moins c’est mon avis.


Mais qu’en est-il dans la littérature ? Pour illustrer mes propos, je vais prendre l’exemple d’un texte que j’ai traduit récemment. Sans trop en dévoiler, une jeune femme discute avec une célébrité et la vouvoie. C’est alors que sous l’effet de la colère (et probablement de la fatigue) elle utilise le mot « fuck » :
[Célébrité] ‘Now, isn’t that already a bit better?’
[Jeune femme] ‘Of course it fucking isn’t!’

Alors non, je ne peux pas mettre « putain » ici. C’est trop vulgaire et ça choquerait trop la célébrité, qui est classe et a de bonnes manières. Du moins c’est mon avis compte tenu du contexte et du langage utilisé. Et sans consigne du client, on peut choisir. Il faut donc trouver des synonymes ou expressions similaires. « merde », « fait chier », « crotte », « bon sang », « bordel ».

C’est ce dernier terme que j’ai employé. C’est vulgaire mais pas trop. On ressent l’agacement sans pour autant choquer. On l’emploie souvent dans le langage courant, et ce depuis plusieurs années, et ça correspond au lecteur visé (un adulte et plus précisément une femme).
J’apprécie beaucoup « bon sang » aussi, expression que je n’ai trouvée qu’après avoir rendu ma traduction. Il rappelle les « nom de Dieu » souvent utilisés dans le texte, et ce n’est pas choquant. Ça irait pour un plus jeune public. On ressent l’agacement et ça reste sobre, mais... est-ce que ça correspond vraiment à une jeune Anglaise de la banlieue du Grand Londres ?


La parole est maintenant à vous ! Que pensez-vous de mon choix ? Qu’auriez-vous mis à ma place ?
Avez-vous des remarques sur cet article ? Avez-vous aimé ? pas aimé ? Qu’aimeriez-vous lire ?

F...IN
« L’insulte est déjà soumise à diverses interprétations, culturelles et sociales, dans sa langue d’origine, et dans sa traduction, l’insulte peut, pour des raisons de pudeur ou de bienséance, se substituer à une autre, réputée moins crue ou moins violente. » *