21 juillet 2015

Quotidien #4 Elle a dit... NON

Chaque jour on sélectionne ce qui nous est indispensable, on établit des priorités pour ne pas être submergé. Cela s'applique également à la profession, et dans mon cas, à la traduction. L'une des actions les plus difficiles et pourtant essentielle au bon fonctionnement de mon activité est de savoir dire non.


Lorsque l'on débute, il est difficile de refuser un projet. On a besoin d'argent et les clients se comptent à peine sur une main. Cependant il est primordial de ne pas se faire exploiter et de décider si oui ou non on est capable de prendre en charge telle ou telle traduction. Non seulement on gagne en crédibilité et en respect, auprès des clients et des collègues, mais aussi en efficacité, par rapport aux spécialisations définies dès le départ.

Exemples

Il m'est arrivé parfois d'accepter des traductions ou des relectures en urgence car j'étais disponible et me sentais capable de le faire - quelques fois j'arrivais à obtenir une petite augmentation étant donné la nature du projet. Mais ce n'est pas tout le temps le cas.

Parfois on va me proposer un projet de nature
« technique », car c'est ce que je propose comme spécialité sur mon site, mais on va me demander de traduire un manuel d'une machine, hors les exemples que je donne ne correspondent pas.

D'autres fois on va me proposer un document Word, avec seulement du texte, qui ne fait que 2-3 pages et qui doit être traduit
« pour hier ». Oui mais attention, ce n'est pas parce qu'un texte ne fait QUE 2-3 pages que je vais vite traduire. Pensez qu'il faut faire des recherches, que le texte peut être compliqué et qu'il faut le relire, entre autres.

Conclusion

Il faut donc être capable de dire NON à des projets si on n'a pas le temps, s'ils ne correspondent pas aux spécialités, si le délai est trop court, si on est rebuté par les fautes du texte source et on n'a qu'une envie, renvoyer un texte bourré de fautes (bien sûr, ça ne se fait jamais !). En clair, le client tout comme le traducteur doivent être en mesure de comprendre le fonctionnement de chacune des parties afin d’obtenir une bonne traduction (temps, domaine, capacités etc.) et collaborer dans les meilleures conditions possibles.

Risques

Tous les traducteurs à leur compte, y compris moi, avons peur de ne pas être recontactés. En refusant un projet, on prend le risque de ne plus en recevoir de tel ou tel client. Cela arrive parfois, mais heureusement pas tout le temps. Je pense que travailler régulièrement avec une agence permet d'avoir un revenu de base et plutôt que de traiter avec des personnes qui ne me permettent pas de travailler dans de bonnes conditions, je pense qu'il est utile d'utiliser ce temps pour trouver d'autres clients !

 
Chers lecteurs et traducteurs, pesez le pour et le contre, prenez des décisions fermes et ne regrettez jamais votre décision !

16 juillet 2015

Lectures du mois (1) De janvier à juin 2015




A lua de Joana de Maria Teresa Maia Gonzalez ☆☆☆

Premier livre en portugais que je lis qui m'a été conseillé par ma prof. Grand succès des années 90, ce livre est parfait pour l'apprentissage de la langue et permet au lecteur de retrouver le vocabulaire et la conjugaison des niveaux A1-A2.

Ce livre est assez dur et poignant bien qu'il vise un jeune public. Il me rappelle un peu Treize raisons de Jay Asher. Il est écrit du point de vue du personnage principal, Joana, une jeune collégienne qui a perdu sa meilleure amie à cause d'une overdose et qui décide de lui écrire des lettres afin de ne pas l'oublier et d'essayer de comprendre ce qu'il s'est passé. Il traite également des problèmes de l'adolescence, des parents absents, de l'importance d'aimer et de chérir les personnes que nous aimons. Une bien triste histoire qui nous offre une très bonne leçon de vie !

Kat, Apprentie magicienne de Stephanie Burgis ☆☆☆☆
(traduit en français par Rosalind Elland-Goldsmith)

J'ai beaucoup aimé ce roman pour jeunes. J'adore la couverture et en plus l'histoire est vraiment sympa. Le livre met en scène Kat et ses sœurs aux pouvoirs magiques, comme leur mère. Lorsque sa grande sœur Elissa doit subir un mariage arrangé, Kat met tout en œuvre pour la protéger à l'aide des objets magiques dont elles sont les héritières. Une histoire où se mêlent magie, brin de folie et monde à la Jane Austen, avec son lot de méchants et de rebondissements. Je recommande ce livre et espère pouvoir lire la suite : Kat et la source magique.



Cœur mandarine (Les filles au chocolat, tome 3) de Cathy Cassidy ☆☆☆☆
(traduit en français par Anne Guitton)

 

Gros coup de cœur pour cette saga jeunesse, tant pour son contenu que pour ses magnifiques couvertures. Destinée à un public féminin, elle peut également plaire aux garçons, surtout suite à la lecture du tome 3.5, Cœur Salé. Ce troisième tome m'a moins intéressée que les deux premiers. Il traite un sujet difficile, certes, mais je n'ai pas trop accroché. Je pensais plus l'apprécier car il met en avant le personnage de Summer, que j'aimais bien dans les tomes précédents, mais ça n'a pas été le cas. Cependant, je l'ai lu d'une traite et je le recommande, surtout aux jeunes filles du même âge, soit 11-15 ans.

Entre chiens et loups de Malorie Blackman ☆☆☆☆☆
(traduit en français par Amélie Sarn)


Surprise totale. J'ai dévoré ce livre. Une histoire d'amour entourée de violence et de racisme. Imaginez un monde où ce sont les blancs qui sont maltraités et punis, où les noirs dictent ce qu'il faut faire et ne pas faire, un monde plein de dégoût et de méfiance... Pas si loin de la réalité mais inversée ! C'est cruel. C'est pénible. J'aime pourtant beaucoup le style de l'auteure même si chaque mot est dur à lire.  On s'attache malgré tout aux personnages et on aimerait se battre à leur côté, choisir un camp, tout terminer. Et l'auteure a une bien bonne façon de terminer ce tome d'ailleurs... Je vous conseille vivement ce livre.


Ne lâche pas ma main de Michel Bussi ☆☆☆☆

Premier livre de Michel Bussi que je lis et j'aime beaucoup ! J'avoue avoir choisi ce livre pour son cadre - La Réunion, et ça a été un réel plaisir de mener l'enquête dans des lieux que je connais bien. Les descriptions des paysages et des personnages sont détaillées. Le vocabulaire créole est riche. Le suspense tient le lecteur en haleine jusqu'à la dernière page. J'aime par ailleurs lorsqu'un crime a un lien avec des événements passés et ce livre a parfaitement mis en relation ces deux espaces-temps. Bref, il m'aura rendue folle avec ses théories et ses quelques passages lents mais je ne sors pas déçue du voyage et vous encourage à tenter cet auteur pour vous évadez ou lire un polar bien ficelé.

Wonder de R.J. Palacio ☆☆☆☆☆
(traduit en français par Juliette LÊ)


Quel argument pourrais-je vous écrire pour vous donner envie de lire ce livre à part que j'ai pleuré ? Non sérieusement, ce livre est tout simplement BEAU, tout comme son personnage principal, Auggie, même s'il est né avec une malformation faciale. Ce dernier n'est pas souvent sorti de chez lui à cause du regard des autres mais tout change lorsqu'il décide, avec ses parents, de rentrer au collège et de côtoyer d'autres enfants. Regards, messes basses, insultes, pas mal de choses se passent dès son arrivée. Et puis, les amis qu'il se fait sont-ils vraiment des amis ?

Wonder est raconté du point de vue d'Auggie et de quelques personnes de son entourage. Sa vision des choses et celle de ses proches nous apprennent à nous aimer tel que l'on est, à aimer ceux qui nous entourent tels qu'ils sont et à ne pas se focaliser sur le physique ni sur ce qui est différent de nous. Une très bonne lecture pour les enfants dès la primaire pour apprendre à s'aimer, à aimer les autres et à ne pas maltraiter/harceler/intimider les autres - que ce soit parce qu'ils sont différents ou parce qu'on ne les comprend pas. Une bonne leçon de vie.



Balthazar de Claudia Gray ☆☆☆☆☆
(traduit en espagnol par Rosa Pérez)


Balthazar est le spin-off de la saga Evernight, l'une de mes sagas préférées de tous les temps. Il se situe après les quatre tomes de la saga principale. On suit les aventures de l'un des personnages principaux, Balthazar, le beau vampire de l'académie et Skye, une étudiante de cette même académie qui voit des fantômes. Ils fuient Redgrave, le cruel vampire responsable de son meurtre et de celui de sa famille il y a quatre siècles.

Comme ses prédécesseurs, je l'ai dévoré. J'aime énormément les livres de Claudia Gray et j'étais super contente de replonger dans l'univers et le style de la traductrice une nouvelle fois. Balthazar n'étant pas mon premier choix pour Bianca, j'étais ravie tout au long de ma lecture de le voir s'épanouir. Ce que j'aime plus particulièrement, ce sont les descriptions des paysages enneigés, ceux des sentiments des personnages et chapitres alternatifs passé-présent. Un indispensable pour les fans ! Et un conseil : lisez Claudia Gray !

Conversion de Katherine Howe ☆☆☆☆☆
(traduit en français par Céline Alexandre)


En un mot, Conversion est un livre surprenant. On ne sait jamais à quoi s’attendre. Il est plein de rebondissements, de révélations, de bonds entre le passé et le présent. Il est difficile à lâcher. J’ai beaucoup aimé l’histoire, les personnages et l’intrigue. Je le recommande par ailleurs vivement aux amoureux des mots parce que la traductrice, Céline Alexandre, s’est surpassée. Le style est simple, beau, le vocabulaire est bien choisi (j’ai même appris deux nouveaux mots !). Je me demande si elle a fait des recherches ; dans tous les cas on distingue un fort intérêt pour le sujet.

À dire vrai, j’aime beaucoup ce livre finalement. La couverture est belle et intrigante au départ et prend tout son sens, ou presque, à la fin de la lecture. Le thème me passionne et son rapport avec l’actualité me fascine. Les personnages sont drôles, agaçants et ennuyeux à la fois. Il m’est difficile de décrire simplement mon sentiment général. Tout, ou presque, me plaît dans ce livre. On se pose beaucoup de questions sur l’histoire mais aussi sur des thèmes tels que la pression scolaire, la condition féminine et les relations familiales et amicales. Je ressors satisfaite et à la fois frustrée de cette lecture, mais surtout avide d’en savoir plus sur ce qui s’est passé dans le lycée Le Roy en 2012, lors des procès de Salem et motivée pour relire The Crucible (Les sorcières de Salem en français) d’Arthur Miller pour l’adorer de nouveau et le critiquer.

À lire si comme moi vous aimez les livres bien écrits, documentés, autoconclusifs et… déroutants. 

Revived de Cat Patrick ☆☆☆☆☆
(traduit en français par Nathalie Azoulai)
 

Fan du son premier roman Forgotten, j'avais très envie de lire Revived (et d'avoir sur mon étagère deux couvertures violettes sublimes). Il se lit également vite : les caractères de l'édition sont grands et les chapitres ne font que quelques pages. L'histoire est prenante dès le départ. J'aime beaucoup tous les personnages, touchants et attachants, même si j'aurais aimé que certains soient un peu plus approfondis. Ce livre est plein de mystères et de rebondissements qui nous prennent de court, avec son lot de de chagrins et de bons sentiments. « Les choses ne sont jamais blanches ou noires dans la vie. » Voilà une phrase qui le résume bien. Il a un bon dénouement, qui ne laisse pas présager de suite, et est vraiment prenant. À lire pour passer un très bon moment.



Comme vous pouvez le voir, que de bonnes lectures ces dix derniers mois ! On peut dire que je choisis bien mes lectures... Et vous, qu'avez-vous lu ces derniers temps ? Avez-vous lu un de ces livres ? Qu'en avez-vous pensé ?

7 juillet 2015

Quotidien #3 Clichés et préjugés


Chaque métier fait l'objet de préjugés, d'idées préconçues, de clichés et le métier de traducteur n’échappe pas à la règle. Cet article présente trois situations courantes auxquelles j’ai été confrontée depuis que j’ai commencé à faire des études dans le domaine de la traduction et surtout lorsque je me suis mise à mon compte. Riez ou pleurez, c’est comme vous voulez, mais surtout n’oubliez pas de commenter !


1) Le français, c’est évident !

Ça y est. Nous y voilà. Nous commençons nos premiers vrais emplois et parlons logement, argent, famille et tout le toutim. « Tu travailles dans quoi ? » ou « Tu fais quoi maintenant ? ». Je réponds fièrement que je suis traductrice et interprète en tant qu’auto-entrepreneur. Sourires, approbations, exclamations. « Quelles langues ? ». « Anglais-espagnol-français ». « Ba oui le français, évidemment » (rires). Je suis un peu gênée, car même si en interprétation je pourrais être amenée à traduire uniquement de l’anglais vers l’espagnol et vice versa, le français est la langue principale et essentielle de mes combinaisons linguistiques. Tout bon traducteur traduit toujours vers sa langue maternelle, soit le français dans mon cas. Il me semble évident de le citer, non ? Je suis peut-être trop attachée à l’image du traducteur dans la profession et ai du mal à la voir à travers les yeux des autres…

2) Un beau métier

« Cool tu vas pouvoir traduire des diplômes ! », « Excellent, tu vas travailler pour la Commission européenne ? ». Merci je suis flattée, vous croyez en mes capacités. Oui, je traduis du juridique. Peut-être que j’envisage de faire de la traduction assermentée. Non, la traduction ne se résume pas qu’à ça. Je me concentre plus sur la traduction littéraire, touristique… Je vous invite à aller voir mon site pour plus d’informations sur mes services.

3) Madame je-sais-tout

Comme je l'ai précisé dans le 1), parfois on me demande quelles sont mes langues de travail. Et très souvent, c'est la seule question que l'on me pose, car j'ai l'impression, ou du moins je suis sûre, que ces personnes-là pensent que je peux tout traduire : tous les mots, dans n'importe quel domaine, dans toutes mes combinaisons linguistiques, tout, tout, tout, tout de suite. Alors vous qui lisez ces lignes, attention. Un traducteur n'est pas un dictionnaire ambulant, il est également spécialisé dans un domaine donc ne pourra pas forcément répondre à votre demande, et surtout, il traduit TOUJOURS vers sa langue maternelle mais peut, s'il le souhaite, utiliser ses autres langues de travail lors de missions d'interprétation.


Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à laisser en commentaire toute question relative au métier de traducteur ou partager vos propres expériences !